Un été 42 – Herman Raucher

Un-ete-42Je me demande bien ce que j’aurais pensé de ce roman si je l’avais lu à l’adolescence, cette période hybride où on se pose plus de questions qu’on ne trouve de réponses. Publié dans les années 70, adapté par son auteur au cinéma, le film devint culte et éclipsa l’original. Culte donc, généralement un mot qui me fait fuir. Mais j’ai plongé. Un roman sur l’adolescence, l’amitié et les souvenirs, ça ne pouvait que me plaire…

 

« Tout autour de lui, il y avait des gens engagés dans des choses, dans des évènements, dans la vie. Ils livraient des guerres, ils faisaient des films, ils baisaient, ils réussissaient, ils visitaient de lointaines contrées. Lui, il ne faisait rien. Rien à part manger des marshmallows, peloter des bras et regarder ses meilleurs amis s’envoyer en l’air. »

 

Premier constat : c’est une histoire de mecs. De mâles en devenir, mal dégrossis, hésitants, travaillés par les hormones. De petits mecs, un brin branleurs et désœuvrés, qui tentent par tous les moyens de devenir des hommes. Avec plus ou moins de réussite. Un été qui suinte l’ennui, sur une petite île paumée au large de la Nouvelle-Angleterre, loin du tumulte de la guerre qui agite le monde et voit partir les grands frères.

 

Second constat : le roman de Herman Raucher a un potentiel cinématographique évident. Ces trois ados d’hier pourraient être des ados d’aujourd’hui. Même embarras, même « lose » attitude, même ignorance crasse des choses de la vie, mêmes certitudes sur le « comment », le « pourquoi » et le reste… Manuel d’anatomie sous le bras, ils dissèquent et théorisent avant de passer à la pratique… Reste à trouver les cobayes consentants, petites gonzesses peu regardantes prêtes à pardonner leurs tâtonnements qui prêtent à sourire. On ne naît pas homme on le devient…

 

Dernier constat : à la fois « old-fashioned » et terriblement moderne, L’été 42 se lit d’une traite. Beaucoup de situations cocasses, des dialogues frais et parfois truculents et une certaine poésie dans l’insouciance. On sourit, beaucoup. Mais pas seulement… Quoiqu’il en soit, j’ai suivi les pérégrinations de ces trois garçons bourrés de testostérone de loin, détachée et un brin amusée. Un peu comme on observe une espèce inconnue (ben oui, les hommes quoi…!) Dommage que l’histoire d’amour (qui n’en est pas vraiment une mais ne chipotons pas…) ne soit pas plus développée. Elle offre néanmoins de bien jolis passages sur l’éveil à l’amour, et franchement, rien que pour ça, ça valait le coup…!

 

 

Les avis de Jérôme, La fée

 

 

Premières phrases : « Il avait toujours souhaité revenir, retrouver l’île, mais l’occasion ne s’était jamais présentée. Cette fois, cependant, mettant à profit un trou dans son emploi du temps et des dispositions exceptionnellement favorables, il avait pris sa voiture et remonté presque toute la côte de Nouvelle-Angleterre pour voir si la magie opérait toujours. »

 

Au hasard des pages : « La vie était floue. La brume convenait parfaitement à la situation. Hermie ne voyait pas à cinq mètres devant lui, ce qui correspondait peu ou prou à la distance à laquelle il projetait son futur. Sa logique lui disait qu’il traversait une phase que tout homme devait traverser un jour, un peu comme ces rites de la jungle où l’on se fait circoncire autour d’un feu, de gré ou de force, avec une lame émoussée, pour éprouver votre courage et voir si vous poussez la chansonnette. » (p. 273)

 

 

Éditions La Belle colère (Mai 2015)

350 p.

 

Prix : 20,00 €

ISBN : 978-2-84337-789-1

11 commentaires sur “Un été 42 – Herman Raucher

  1. Dans ma liste de livres à lire, erf, il me faudrait des nuits de 24h pour engloutir toutes vos délicieuses découvertes 😉
    des bisous ma copine <3

  2. oui on a tous entendu parler du film … 350 pages .. je le note et si je tombe dessus à la médiathèque un de ces jours (surtout si il se lit d’une traite)

  3. Ce que j’aime chez toi? C’est que tous les livres que je vois dans ma librairie qui me tentent mais que je n’ai pas le temps de lire, tu les chroniques 😉
    J’aime aussi que tu ne mettes pas en avant que les « gros ». De belles lectures… merci pour tes avis.
    Si je n’étais pas dans la préparation de la rentrée littéraire… (ahhh que de tentations… décidément les livres …)
    A bientôt

  4. Incroyable mais je me souviens avoir vu ce film à la télé lorsque j’étais ado ?? J’ai vu que le dvd était sorti en 2002 mais je l’ai vu bien avant à la télévision. Je devrais le lire pour voir si j’en ai le même souvenir que le film.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *