Un paquebot dans les arbres – Valentine Goby

paquebotIl y a des rendez-vous que l’on attend avec fébrilité et impatience. Des romans « pierre blanche » qui marquent un parcours de lectrice. Des voix qu’on ne se lasse pas d’entendre et qu’on a pourtant l’impression de découvrir pour la première fois. Et celle de Valentine Goby résonne tout particulièrement…

 

C’est quelque chose de retrouver une plume aimée. Cette reconnaissance immédiate, ce sentiment de se sentir chez soi, ce souffle qui jamais ne retombe. Les mots de Valentine Goby se lisent au rythme d’un cœur qui bat. Des pulsations. Des fulgurances. Des moments de grâce en suspension. L’écriture explore la mémoire, celle des corps, celle des âmes qu’elle sublime, celle des destins banals et si exceptionnels qu’elle met en lumière. Et quand Valentine Goby nous raconte une histoire, le temps s’arrête…

 

Il y a de la vie dans le café de Paul Blanc. Des rires qui résonnent. Des verres qui s’entrechoquent. De la musique à tue-tête et des danses endiablées. Paul est le cœur du Balto. On y vient pour lui, pour sa lumière, sa bonne humeur contagieuse, sa façon si particulière d’évacuer les soucis grâce à quelques notes d’harmonica. Dans son sillage, Odile et les enfants. Une tribu sous le charme qui profite du spectacle en acceptant de ne pas en faire vraiment partie. Mathilde a 9 ans et vénère ce père dont elle quémande presque les regards. Dans son ombre qu’elle recherche, « elle veille sur lui. Rien ne manque. Rien n’excède. Tout suffit. » Mais déjà, la « tragédie silencieuse » couve…

 

Il y a la mort qui rôde dans le café de Paul Blanc. On ne l’a pas invitée mais elle n’en a que faire. Elle s’insinue dans les poumons. Rend le souffle court. Met tout le reste entre parenthèses… Pour vaincre les bacilles sournois et cette maladie qui ne dit pas son nom, Paul et Odile doivent se rendre dans ce grand paquebot blanc niché au cœur des arbres. C’est une affaire de quelques semaines, pas d’inquiétude. Et la vie toute entière de Mathilde bascule….

 

Inoubliable Mathilde. Au cœur de la tourmente, la jeune fille choisit le chemin de l’audace et marche droit devant elle. Une seule mission, faire renaître les rires, faire rejaillir le beau. Réunir à nouveau les membres de la famille disloquée. Elle ne le sait pas mais elle est la pièce manquante, la jointure indispensable, la béquille fragile sur laquelle tous n’ont même pas conscience de s’appuyer. Mathilde s’oublie. Elle plie, se courbe mais jamais ne flanche… Et à sa manière, elle réenchante le monde…

 

Un paquebot dans les arbres est un magnifique cri d’amour. Et Mathilde, un des plus beaux personnages de femme qu’il m’ait été donné de lire. Un vibrant coup de cœur… ♥

 

Les avis de Clara, Enna, Jérôme, Joëlle, Nadège, Tiben…

 

Éditions Actes Sud (Août 2016)

268 p.

 

Prix : 19,80 €

ISBN : 978-2-330-06648-2

 

 

challenge12016br

13/18

Challenge 1% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book

30 commentaires sur “Un paquebot dans les arbres – Valentine Goby

  1. Qu’il est bo ton billet ma copine <3
    Je l'ai, pas le temps, mais évidemment vais le lire, évidemment je vais aimer, évidemment vais être toutafé chamboulée :-p

  2. Moi je suis la méchante qui a abandonné Kinderzimmer et écouté l’auteur au salon Fnac sans avoir plus envie que ça après, alors, ça va être difficile de m’appâter! ^_^

  3. Mon coup de cœur de la rentrée, tu le sais (avec Marcus, tu le sais aussi^^). Quand je pense que tu étais persuadée de ne pas trouver les mots pour en parler… Je te rassure, tu y es parvenue, et pas qu’un peu (remarque, objectivement, je n’en doutais pas une seconde 😉 )

  4. Ce que tu dis de Valentyne Goby, je le ressens déjà pour Gaëlle Josse, Sylvie Germain et deux ou trois autres qui se comptent sur les doigts d’une main ! Je ne la connais pas encore car Kinderzimmer me faisait peur mais j’ai la certitude que je lirai celui-ci ! Après ton billet, c’est même sûr ! 😉

  5. Malgré le sujet, j’avais bien aimé Kinderzimmer. Aucune raison, donc, pour que je ne continue pas ma découverte de l’univers de V. Goby. Ce  » magnifique portrait de femme » dont tu parles me laisse penser que je vais m’y plonger bientôt.

  6. « Un vibrant coup de cœur » ! Rien que ça ? ;0) Bon je le surligne évidemment :0) J’ai de plus en plus envie de le lire celui là !! Ce personnage là, de Mathilde, à l’air très vrai et très émouvant…

  7. Je sais que tu aimes également beaucoup Jeanne Benameur et je me demandais si comme moi, tu trouves qu’il y a parfois quelque chose de commun entre leurs styles respectifs ?
    Par contre, ne me demande pas de t’expliquer quoi, j’ai du mal moi-même à définir cette impression… 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *