Sanary-sur-Mer. Une maison de vacances qui va enfin rouvrir ses portes. Laisser passer l’air du large, les odeurs de Provence et les souvenirs en sommeil. Dans cette maison qui a tout vu, tout entendu, Danielle s’y sent bien. Neurologue à la retraite, elle y passe tous ses étés depuis déjà 45 ans. Dans peu de temps la rejoindront son fils Pierre-Marie, psychiatre, et son petit-fils, Arthur, 19 ans, élève en classe scientifique. Mais cette année quand elle s’avance sur les graviers de l’allée, les lumières sont déjà allumées et un doux fumet s’échappe de la cuisine. Cette année, Danielle a engagé une jeune fille, Prisca, pour l’aider dans les tâches ménagères.

 

Et Prisca, très vite, se rend indispensable. Sans en avoir l’air, naturelle, discrète, solaire, elle ajoute une dose d’imprévu, de piment et de nouveauté dans cette famille très peu habituée à communiquer. Un léger grain de sable, une étincelle qui bouleverse des habitudes bien ancrées par son sourire, sa jeunesse et sa légèreté. Et tous, sans exception, tombent sous son charme…

 

« La machine était enclenchée. C’en était fini du calme sempiternel qui lui pesait comme un fardeau. »

 

Une mer d’huile. Pas un frémissement à la surface de l’eau. Le calme des habitudes, la quiétude des jours sans aspérités ni accrocs. En apparence… En quelques pages, Pascal Morin donne vie à des personnages qui se sont oubliés. Des personnages imparfaits, perclus de désirs inassouvis et de frustrations qui les empêchent d’avancer. L’arrivée de Prisca est un mini évènement qui va déclencher des réactions en chaîne. Incarnation de leurs fantasmes, Prisca trouble et fascine. Par sa seule présence, elle induit un changement dans leurs comportements. Ils s’interrogent, amorcent leur révolution, se révèlent enfin…

 

Le roman de Pascal Morin est une parenthèse lumineuse. L’écriture est sensuelle, presque charnelle. Elle met à jour les rêves enfouis, les désirs étouffés, les choix d’une vie. Un roman tout en douceur qui fait du bien, à savourer au cœur de l’été. Une bien jolie découverte.

 

Éditions du Rouergue (Août 2017)

Collection La Brune

128 p.

Prix : 13,80 €

ISBN : 978-2-8126-1437-8

 

By Hérisson


18 commentaires

krol · 21 août 2017 à 00h38

Je préfère la mer agitée ! 😉

Alex-Mot-à-Mots · 21 août 2017 à 09h29

Ca donne envie, en effet.

Saxaoul · 21 août 2017 à 09h49

Le scénario est vu et revu mais ce que tu en dis donne envie de lui laisser une chance.

Bonheur du Jour · 21 août 2017 à 10h34

Un roman qui se passe à Sanary ? Mais je vais m’empresser dans parler à la bibliothécaire de la Médiathèque de la dite ville ! Merci.

luocine · 21 août 2017 à 10h40

Je crains l’impression de déjà lu mais si l’écriture sauve ce roman, pourquoi pas!

Moka · 21 août 2017 à 14h54

Une écriture charnelle? Voilà qui est tentant.

Nicole G · 21 août 2017 à 16h39

Décidément, il y a toujours quelque pépite à découvrir au Rouergue 🙂

Leiloona · 21 août 2017 à 19h47

Tu n’es pas la première à m’en parler, donc … je note pour l’automne ! 🙂

Sido de errances immobiles · 21 août 2017 à 20h23

Tentant… et puis l’été n’est pas terminé alors, pourquoi pas ?

Valérie · 21 août 2017 à 21h27

C’est une maison d’édition qui n’est souvent pas faite pour moi mais ce que tu écris sur ce roman me tente.

Emma · 22 août 2017 à 12h52

Très tentant !

Jerome · 22 août 2017 à 14h06

Une écriture sensuelle, ça me parle tu penses bien.

monpetitchapitre · 23 août 2017 à 16h53

Je tourne autour de ce livre mais je n’arrive pas à me décider. Je crains de lire une histoire déjà lue. Pourtant j’aime bien Le Rouergue. A voir…

Géraldine · 23 août 2017 à 23h01

Si c’est un roman tout en douceur et qui fait du bien, et bien je veux bien ! Il semble en plus que l’atmosphère puisse prolonger l’atmosphère estivale actuelle qui finit bientôt. Et puis, la mer d’huile, c’est ma mer préférée !

L'ivresse littéraire · 31 août 2017 à 13h35

Je pense que ma liste va considérablement s’allonger … Chez le même éditeur il me tarde de découvrir Pierre Souchon mais il se peut bien que celui-ci finisse aussi entre mes mains.

Lilymoods · 2 septembre 2017 à 15h43

L’histoire fait penser à un incroyable roman au charme envoûtant: Grâce de Delphine Bertholon! Néanmoins je salue cette jolie critique qui me donne envie de lire le roman.

Lacomtesse · 6 septembre 2017 à 10h52

Mais c’est chez moi ! Je fonce!

danielle · 9 août 2018 à 09h27

Même si cette lecture est « estivale », elle m’a déçue: les références scientifico- médicales sont récurrentes; j’ai eu l’impression que l’auteur voulait prouver qu’il avait effectué de nombreuses recherches pour étayer son propos.Première lecture de cet auteur…décevante, vais-je persévérer?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *