Violette Nozière, Vilaine chérie – Benyamina / Simon

Violette

Violette Nozière. Femme fatale, femme enfant. Mi ange, mi démon…

 

Troublante et vénéneuse, Violette fait tourner les têtes. Il y a ceux qui l’admirent de loin, ceux qui osent l’approcher, ceux qui finissent dans son lit en échange de quelques billets. Sous le charme. Épris. Ensorcelés…

 

Violette, elle, est en représentation. Tous les jours elle revêt le costume de la femme voluptueuse et sûre d’elle, celle à qui rien ni personne ne résiste. Fourrure et gants noirs, regard de braise, lèvres rouges, démarche assurée, Violette ne passe pas inaperçue. Et elle fait tout pour. Pour tous ces hommes, elle s’invente une vie dorée. La réalité, elle, est tout autre…

 

De retour chez elle, Violette tente de redevenir la petite fille sage et docile qu’elle est encore aux yeux de ses parents. On lui pardonne tout à Violette, elle est si mignonne… On fait mine de ne pas voir son vrai visage, on se persuade que ses mensonges ne sont pas bien méchants, on se dit qu’on ne lui offre pas la vie de princesse dont elle rêve et qu’elle mérite pourtant. On ferme les yeux pour ne pas voir.

Pendant ce temps, Violette enrage et rumine sa frustration de ne pas être libre de vivre pleinement ses rêves romantiques. Une frustration qui se transformera en haine et la poussera à commettre l’irréparable…

 

Quel saisissant portrait de femme…! De la vie et du destin tragique de Violette Nozière, je ne connaissais rien. Elle fut pourtant au centre d’un fait divers qui défraya la chronique au milieu des années 30. Surnommée « l’ange noir » ou le « monstre en jupon » pour avoir tenté d’empoisonner ses parents pour une sombre histoire d’argent. Violette fascine. Provocante, paraissant bien plus âgée que ses 18 ans, elle s’invente des vies au gré de ses rencontres. Car Violette ne veut pas se contenter de « paraître »… Elle veut « être ». Être une autre. Et pour cela, elle est prête à tout, même aux pires extrémités…

Le procès sera très médiatisé et on dira tout sur Violette Nozière : mythomane, perverse, amorale, vile calculatrice, la jeune empoisonneuse sera jugée coupable sans circonstances atténuantes et condamnée à la peine capitale… C’est pourtant un portrait plus intimiste qu’ont choisi de nous proposer les auteurs avec cet album, celui d’une femme-enfant devenue meurtrière. Le portrait fascinant d’une enfant qui voulait grandir trop vite, bien trop vite. Coupable ou victime ? Au lecteur de juger et de faire son choix.

 

Et que dire du trait de Camille Benyamina… Lumineux, élégant et sensuel, il enveloppe Violette Nozière d’une véritable aura et la sublime littéralement. Délicat et plein de douceur, il lève également le voile sur les facettes les plus sombres et énigmatiques de la jeune parricide. Du très beau travail, une auteure à suivre, assurément…!

 

Les avis de Choco, Moka, Yvan sur ce bien bel album…

 

Le blog de Camille Benyamina

 

Violette4

 

Éditions Casterman (Janvier 2014)

96 p.

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres !

 

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

17/20

32 commentaires sur “Violette Nozière, Vilaine chérie – Benyamina / Simon

  1. oh ai une conférence sur la demoiselle meurtirière lundi prochain je crois ….
    et com d’hab, tu donnes drôlement envie de découvrir cette BD …
    une jolie journée et un moulon de baisers <3

  2. La couverture fait fort dessin à l’ordinateur, heureusement la planche que tu donnes en exemple ma plait davantage ! L’histoire m’intéresse beaucoup aussi. A dénicher à la bibli…

    • A l’ordinateur ? Marrant, j’ai tout sauf cette impression… Cette couverture est absolument somptueuse je trouve, à elle seule elle m’a donné envie de découvrir l’album !

  3. Pas pour l’instant. Je n’avais pas noté chez Moka la semaine dernière et je vois que je ne suis toujours pas tentée par le sujet, malgré l’esthétisme de l’album et la retranscription de cette époque qui doit être très intéressante.

    • Oui, je n’en ai pas parlé mais les années 30 sont magnifiquement bien rendues (décors, vêtements…) Et esthétiquement c’est vraiment une réussite. Que le sujet ne t’emballe pas ça c’est autre chose…

  4. Je l’ai feuilletée et j’ai beaucoup aimé le trait… Mais pour moi, Violette Nozière, c’est avant tout un film et une actrice. Je ne sais pas si j’arriverais à oublier la prestation d’Isabelle Huppert. En tout le dessin de cette BD est vraiment très beau !

  5. Parce que j’aime les illustrations et que tout le monde en dit que du bien, je le lirai. Mais l’histoire de cette fille est assez surprenante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *