logo-68

Elle est belle l’aventure…!

 

68 premières fois, 68 nouvelles plumes françaises à découvrir. Certaines qui marquent longtemps, des voix qui se révèlent, des poils qui se dressent et des envies d’encore…

 

Et puis les autres. Ceux qu’on referme sans aucune émotion. Ceux qui laissent un goût d’inachevé. Ceux qu’on s’empresse d’oublier. Ceux qu’on lit sans déplaisir mais pour lesquels on peine à trouver les mots. Ceux qu’on lit comme dans une bulle et qu’on aimerait garder pour soi. Et ceux qui agacent, aussi…

 

 

IrèneUn mot sur Irène me faisait très envie. C’est d’ailleurs un des tous premiers romans que j’avais repéré en cette rentrée. Un de ceux, aussi, qui m’aura le plus agacée… J’ai cherché tout au long de ma lecture où pouvait bien se nicher le « récit crépusculaire » annoncé par la quatrième de couverture. Je me demande encore où se cache « l’érotisme vibrant » censé teinter l’écriture de l’auteure… Et franchement je m’interroge. Un scandale sexuel dans le milieu universitaire, un parallèle systématique avec l’affaire DSK et 50 nuances, des dialogues navrants, une bonne dose de psychologie de bas étage sur le couple, l’amour, l’écriture et la folie… J’ai souffert. Tout en me disant qu’il y avait dans ce premier roman de bonnes choses, mal exploitées, et, derrière tout ça, si, si, une plume intéressante… Je ne suis pas à une contradiction près.

 

Ils en parlent, mieux et plus longuement : Cajou, Eimelle, l’Irrégulière, Jostein

 

Un mot sur Irène, Anne Akrich, Julliard, 2015

 

 

petitegalereRien à redire sur l’écriture de La petite galère. C’est sûrement, et de loin, ce qui m’a le plus plu dans ce roman. Une voix indéniable, un sens de la formule, des phrases choc et des images qui impriment la rétine. Bon point. L’idée de transposer La petite maison dans la prairie dans une banlieue glauque où les désirs se prennent la réalité en pleine poire, j’ai aimé aussi. Reste que je n’ai pas cru un seul instant à cette histoire. Que les personnages des deux sœurs paumées ne m’ont pas touchée une seule seconde. Que certains passages me sont encore obscurs. Et que la fin m’a complètement désarçonnée…

Mais Sacha Després écrit bien. Ça claque comme j’aime, ça bouscule aussi. C’est incisif et cru, tragique et sans issue. Et ça, oui, ça mérite le détour. Une plume à surveiller de près…

 

Ils en parlent, mieux et plus longuement : l’Irrégulière, PatiVore, Stephie

 

La petite galère, Sacha Després, L’âge d’Homme, 2015

 

 

figuranteJ’aurais pu consacrer un billet entier à Figurante. J’aurais dû peut-être… Parce que je l’ai beaucoup aimé. J’ai aimé son atmosphère, ce petit côté suranné et élégant, cette écriture de l’épure qui dit si bien les sentiments contradictoires de l’héroïne. C’est un joli moment. Un petit bout de vie où il ne se passe pas grand chose finalement. Du moins en apparence. Être figurante de sa propre vie… En regarder le film défiler devant ses yeux sans pouvoir en changer le cours. Rêver du premier rôle, le grand, le vrai. Celui qui ferait basculer une petite vie étriquée et sans âme vers un tourbillon d’émotions…

Tout est joliment dit. C’est délicat, lent, parfois trop. Mais juste. Et malgré ça un goût de trop peu. Une envie d’en savoir plus sur Louise, un désir de la suivre encore, de loin, et de la voir s’envoler…

 

Ils en parlent, mieux et plus longuement : Eimelle, Leillona, Mirontaine

 

Figurante, Dominique Pascaud, La Martinière, 2015

 

logo-68

68 premières fois chez l’insatiable Charlotte

5/68

 

On continue…!

 

 

logo2015

Challenge 2% Rentrée littéraire chez Hérisson terminé !

12/12

En route pour les 3% !


31 commentaires

franfran · 13 septembre 2015 à 00h23

Voilà merci ma copine, tu m’aides, tu vois, moi qui suis entrain de me ruiner en livres de cette rentrée littéraire 😉 pour une fois que ce n’est pas un indispensable 😉 ahhhhhh ça me fait un bien fou !!!
mille bises et une jolie nuit

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h27

    Heureusement, parce qu’on ne peut pas tout lire… (Quelle tristesse d’ailleurs, nous faudrait des journées de 48h, et encore…!) 😉

Sandrine · 13 septembre 2015 à 08h14

C’est la joie des lectures : ne pas découvrir que des pépites 😉
Je m’autorise de plus en plus à laisser tomber si cela ne me plait pas.
Sinon, quelle dévoreuse de livres tu fais!
Bon dimanche.

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h27

    J’en abandonne rarement, c’est vrai, je me sens bizarrement coupable sinon… 😉

Laure · 13 septembre 2015 à 08h40

Merci pour ces conseils des livres à contourner, notamment Un mot sur Irène, je ne voulais pas y aller, et bien, je n’irai pas 🙂

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h28

    Et je crois franchement que tu n’aimerais pas 😉

Kathel · 13 septembre 2015 à 09h15

On ne peut pas tout aimer, bien sûr, même si des premiers romans ont droit à un peu d’indulgence… tu en fais preuve, ça va !

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h28

    Ils peuvent plaire à d’autres, c’est tout le mal que je leur souhaite 😉

Une ribambelle · 13 septembre 2015 à 09h22

Merci de tes critiques car « Un mot sur Irène » me tentait. Je vais donc me raviser.

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h29

    Si tu souhaites vraiment le découvrir, je peux te l’envoyer si tu veux 😉

Stephie · 13 septembre 2015 à 11h18

Je suis d’accord avec toi pour l’écriture de Sacha Desprez. Une plume comme j’aime. Néanmoins je suis certaine d’avoir loupé des trucs (lu trop vite) notamment grâce à une conversation avec l’Irrégulière.

Pour les deux autres, ils sont dans ma PAL. Donc, à suivre 😉

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h29

    Il te reste donc Un mot sur Irene… J’attends ton verdict 😉

Moka · 13 septembre 2015 à 11h45

Les livres ne sont pas à l’abri de regrettables ratages… Et surtout en cette période de rentrée !

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h30

    C’est presque rassurant finalement… sinon on en raterait trop des pépites ! 😉

eimelle · 13 septembre 2015 à 11h51

je vois qu’on est plusieurs à être passé un peu à côté d’Un mot sur Irène !
Bon dimanche!

Yv · 13 septembre 2015 à 11h55

Parfois, on ne sait pas pourquoi, mais ça ne marche pas, même lorsque le style est bon… Mais c’est bien d’en parler avec les réserves, les bons points et les mauvais…

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h31

    Oui, comme tu le dis si bien, parfois « ça coince »… 😉

jerome · 13 septembre 2015 à 13h01

Tu sais à quel point j’aime ta retenue dans la critique négative (j’ai du mal moi 😉 ). Tu ne seras jamais vraiment méchante et j’adore ça.

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h32

    Pour ça je crois que je devrais prendre des cours… Tu me prends comme élève ? 😉

ecriturefactory · 13 septembre 2015 à 13h20

Oui, le titre était engageant. Un mot sur Irène ! Mais, un peu déçue je n’ai pas pu écrire un mot sur le roman.

yueyin · 14 septembre 2015 à 06h34

Rien de très enthousiasmant doooonc, dans le foisonnement de cette rentrée, ça aide toujours à faire ses choix 🙂

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h33

    Un petit peu d’écrémage, ça ne fait pas de mal 😉

Alex-Mot-à-Mots · 14 septembre 2015 à 14h20

5 sur 68 ? Allez, tout n’est pas encore perdu…..

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h33

    J’en ai lu plus… mais tous n’auront pas droit à un billet 😉

Ariane · 16 septembre 2015 à 15h16

Ça tombe bien, parmi ces trois là c’est justement Figurante qui me tentait le plus !

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h34

    Il a de nombreuses qualités ce roman, j’espère que tu aimeras 😉

Tiben · 16 septembre 2015 à 22h02

Je confirme qu’un mot sur Irène est « bof bof » côté histoire, mais l’écriture n’est pas si mal.
pour les deux autres, je vais te faire confiance: on évite!
Y en a tellement d’autres 🙂
Merci à toi

    Noukette · 28 octobre 2015 à 23h34

    Plein d’autres oui, qui nous tendent les bras ! 😉

Figurante – Dominique Pascaud – Mille et une Frasques · 20 octobre 2015 à 03h02

[…] vous renvoie aux avis beaucoup plus enthousiastes que le mien de Noukette, Leiloona et […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *