Rien ne vient perturber la quiétude de l’artiste. Dans la vieille cabane de pêcheur transformée en atelier, William jouit du silence et de la solitude pour peindre à l’infini des portraits de celle qui hante ses souvenirs. Face à lui, à perte de vue, une mer étale qui brise parfois la monotonie du ressac par quelques vagues qui viennent se fracasser sur la grève. Au pied d’une falaise, à deux pas d’un bois où les jacinthes cascadent dans une nature printanière, William semble avoir trouvé le calme dont il a besoin pour créer et oublier. Les visites de son ami Victor qui s’inquiète pour lui et celles de la pétillante Rosalie qui pose pour ses aquarelles parviennent tout juste à le sortir de la torpeur dans laquelle il semble s’être volontairement enfermé…

Mais la nature envoie des signes. Et la routine se brise. Un chevreuil déchiqueté qui semble être tombé du ciel, des mouettes et goélands qui se détournent curieusement du festin… jusqu’à l’attaque presque irréelle d’une horde de sirènes affamées dont William réchappe miraculeusement. L’une d’entre elles l’a sauvé, mue par une étrange attraction. Un monstre qui n’en est pas un. La créature gît là, presque morte sur le sable. C’est à son tour de la sauver. A son tour de l’aimer peut-être… Rêve, fantasme, cauchemar ou réalité ? William se rapproche inévitablement de cette femme qui n’en est pas vraiment une, attiré par sa fougue et sa rage d’aimer. Est-elle réelle ? Ou n’est-elle qu’une création de son esprit malade incapable de se remettre de la disparition de celle qu’il aime encore ?

 

Il faudrait peut-être te laisser faire par l’inattendu.

Une ambiance gothique quasi victorienne qui n’a rien à envier aux maitres du genre. Après la sublime adaptation du Horla de Maupassant, Guillaume Sorel récidive et s’attaque à la réécriture du mythe des sirènes. Bluebells Wood a tout du conte où le fantastique s’insinue petit à petit pour finalement offrir une toile de fond parfaite aux errements de l’artiste endeuillé. Graphiquement, c’est à la fois torturé et profondément hypnotique. Les aquarelles de Guillaume Sorel donnent à voir un monde où le surnaturel côtoie la poésie. L’intime, les désordres de l’âme, la douleur de l’absence, la folie qui doucement s’installe… son dessin dégage une rare intensité et capte les moindres failles. Je suis fan absolu de Guillaume Sorel… et cet album est un bijou. Bonus non négligeables, une préface de Pierre Dubois, une postface de l’auteur et 20 pages d’un cahier graphique étourdissant de beauté

 

L’avis de Brize

 

Guillaume Sorel sur le blog : Hôtel particulierLe HorlaLes derniers jours de Stefan Zweig

Éditions Glénat (Avril 2018)

96 p.

 

Prix : 19,00 €

ISBN : 978-2-344-02180-4


BD de la semaine saumon

D’autres bulles à découvrir chez…

 

               

                          Karine                                          Jacques                                     Mylène

 

               

                  Petit carré jaune                              Saxaoul                                          Faëlys

 

               

                            Iluze                                             Nathalie                                    Blandine

 

               

                        Hélène                                           Natiora                                            Lili

 

               

                      Amandine                                        Soukee                                           Azi Lis

 

               

                          Sabine                                        Jérôme                                            Maël

 

               

                          Bouma                                           Moka                                           Alice

 

              

                           Caro                                          Stephie                                             Sophie


21 commentaires

Mylene · 13 mars 2019 à 07h49

oki, je note, à l’occasion si je la croise !

Faelys · 13 mars 2019 à 09h13

des planches superbes, ça donne envie!

Natiora · 13 mars 2019 à 10h27

Waouh…. tu m’as totalement convaincue <3

lasardine · 13 mars 2019 à 10h31

Waw!! Comment passer à côté? Je note et je souligne, ça fait très envie!!
Merci pour l’acceuil aujourd’hui! Encore de bien jolies tentations!!

Brize · 13 mars 2019 à 10h42

Un très bel album, que j’avais eu plaisir à découvrir !

hélène · 13 mars 2019 à 10h48

je pense qu’il me plairait !

Blandine · 13 mars 2019 à 13h42

Les planches ont l’air très belles et tes mots donnent envie de les découvrir.

Caro · 13 mars 2019 à 16h50

Guillaume Sorel, je dis oui, direct !

sabine faulmeyer · 13 mars 2019 à 17h31

tu sais que je t’aime toi !!!! (enfin mon libraire surtout)

krol · 13 mars 2019 à 20h39

Je la veux ! J’aime tellement le dessin de Guillaume Sorel !

Nathalie · 13 mars 2019 à 22h42

Les illustrations ont l’air belles…

Sophie · 13 mars 2019 à 22h59

Titre noté. Les aquarelles me tentent beaucoup.

Lili · 14 mars 2019 à 11h33

L’histoire a l’air merveilleuse… mais j’avoue ne pas être follement convaincue par le dessin…

Saxaoul · 14 mars 2019 à 16h53

Pourquoi pas… A voir…

Sabine · 14 mars 2019 à 21h44

Sorel, c’est sans hésiter . J’adore !

Stephie · 18 mars 2019 à 06h42

Effectivement, ça fait envie !

Jerome · 18 mars 2019 à 14h28

Quel dessinateur, mais quel dessinateur !!!!

Bouma · 19 mars 2019 à 11h54

autant l’histoire m’intrigue beaucoup, autant les dessins me rebutent un peu… j’ai du mal avec ce style graphique?

Alice · 19 mars 2019 à 22h03

Je n’étais pas spécialement attirée mais ce que tu en dis attise ma curiosité, je vais aller jeter un œil à ce Guillaume Sorel 😉

Le voleur de souhaits – Les.lectures.de.Caro · 13 mars 2019 à 07h01

[…] album participe à , et ce mercredi, c’est chez Noukette et sa bibliothèque que ça se passe […]

Souvenirs de la mer assoupie – Shin’ya Komatsu (Imho) – ça sent le book · 13 mars 2019 à 07h51

[…] semaine, rendez-vous est pris chez Noukette Découvrez-y d’autres idées BD […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *