Chaque jour Dracula – Loïc Clément / Clément Lefèvre

« Peu de gens le savent, mais avant d’être un grand vampire mondialement connu, Dracula a été un enfant (presque) comme les autres. »

 

Tous les matins, chaque jour de la semaine, Dracula se réveille la boule au ventre avec l’envie de rester pelotonné dans son cercueil douillet. Comme tous les petits garçons de son âge, Dracula doit aller à l’école. Mais Dracula n’aime pas du tout, du tout l’école… Sa maîtresse madame Stocker est pourtant gentille et bienveillante et ses résultats sont plutôt bons. Mais à l’école, il y a aussi cette bande de gros durs qui passent leurs temps à l’embêter. Dès que la maitresse a le dos tourné, dans les recoins de la cours de récréation, ils ne laissent jamais passer une occasion de le harceler, de rire de lui… ou même pire. Des yeux trop rouges, des canines trop pointues, un teint trop pâle, un langage trop châtié… Dracula est original, différent et ça ne leur plait pas. De l’ail glissé dans son repas à la cantine, de l’eau bénite rajoutée dans son verre, les caïds ne manquent pas d’imagination pour humilier celui qui est devenu leur cible favorite.

 

Alors chaque soir, Dracula rentre chez lui un peu plus triste, incapable de se confier à son papa de ce qu’il subit au quotidien à l’école. Jusqu’au jour où les évènements dérapent et où Dracula refuse de remettre les pieds à l’école…

 

Quelle belle idée que celle de Loïc Clément et Clément Lefèvre ! Loin de sa Transylvanie natale, mais vivant tout de même dans un château peuplé de fantômes, le jeune Dracula évolue dans notre monde, ce qui accentue ses différences aux yeux de ses camarades de classe.

 

Simplement, à hauteur d’enfant, l’histoire décortique tous les mécanismes du harcèlement en montrant comment une situation tristement banale peut vite évoluer en quelque chose de plus grave. Tout aussi simplement, l’album décrit d’une façon très juste la spirale du harcèlement du point de vue de la victime. Dracula s’enfonce petit à petit dans une tristesse, un silence et un mutisme profonds, incapable d’exprimer ses sentiments sur ce qu’il vit…

En imaginant l’enfance d’une figure de l’imaginaire populaire, Loïc Clément invente un Dracula fragile et on ne peut plus humain. Si le scénario imaginé par le papa de Chaussette et du Voleur de souhaits est subtil et délicat, le dessin l’est tout autant et séduit d’emblée. L’univers de Clément Lefèvre (L’épouvantable peur d’Épiphanie Frayeur) est doux et accueillant et truffé de petits clins d’œil au folklore vampirique. Cerise sur le cadeau, on se régale de la galerie de portraits de vampires célèbres qu’il imagine en fin d’ouvrage dans laquelle on découvre Carmilla, Lestatate ou encore Edward Cuculen.

 

Un très bel album, intelligent et doux, à glisser dans toutes les petites mains et à mettre d’urgence dans toutes les bibliothèques et CDI.

 

Éditions Delcourt jeunesse (Avril 2018)

40 p.

 

Prix : 10,95 €

ISBN : 978-2-413-00166-9

 

BD de la semaine saumon

… chez Stephie

18 commentaires sur “Chaque jour Dracula – Loïc Clément / Clément Lefèvre

  1. Je traîne à lire les albums en ce moment ! On a raté une occas’ de LC en fait 😛 Lecture prochaine en tout cas et tu mets l’eau à la bouche 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *