J’aime infiniment le monde dessiné par les mots de Gilles Marchand. J’aime ses héros qui n’en sont pas. J’aime ces hommes enfants, ceux qui refusent de grandir, ceux qui font semblant d’être grands. J’aime leur façon de se confronter au monde. Avec pudeur et timidité, avec envie et colère…

Ils sont beaux parce qu’ils nous ressemblent. Ils se démènent avec leurs démons, s’empêtrent dans leurs contradictions, si faibles et si forts à la fois. Ils jouent les funambules, la tête dans les étoiles, le corps au-dessus du vide, oscillant sans cesse entre le monde de l’enfance qu’ils refusent de quitter et celui des adultes auquel ils ont parfois du mal à se raccrocher. Ils voient parfois s’envoler leurs rêves, tentent timidement de les rattraper, finissent par les laisser s’évaporer en retombant brutalement sur le sol. Les touchent parfois du doigt…

Oui, ils sont beaux ces personnages. Émouvants et beaux. Touchants et désenchantés. Gilles Marchand leur offre un monde à leur mesure en leur tricotant des histoires tendres et décalées où il laisse éclore le beau, le doux et le moelleux… l’air de rien. Ses héros sont des hommes heureux, qui l’ont été ou qui espèrent l’être un jour. Certains se résignent, d’autres s’obstinent. Et tous ont raison de le faire…

Des notes, des mots, des vies, des envies, des regrets, des lassitudes, des peurs, des solitudes… Un miroir troublant à nos vies minuscules et nos rêves trop grands. Précieux ♥

 

… le bout d’un rêve, c’est forcément un grand quelque chose.

 

Prix 2018 du Premier Recueil de nouvelles par la SGDL (Société des Gens de lettres)

Les avis de Joëlle, Leiloona, Nicolas, Nicole

En résonance… Une bouche sans personne et Un funambule sur le sable

 

Éditions Aux Forges du Vulcain (Octobre 2018)

144 p.

 

Prix : 15,00 €

ISBN : 978-2-37305-044-8

 

By Hérisson


5 commentaires

keisha · 12 novembre 2018 à 08h37

J’ai l u avec bonheur ses deux autres romans…
(bizarre, tu as le même ‘je ne suis pas un robot’ que maryline, et chez toi les commentaires passent…)

Alex-Mot-à-Mots · 12 novembre 2018 à 11h50

Quel beau billet. On sent que tu aimes cet auteur et ce dernier livre.

nicolemotspourmots · 12 novembre 2018 à 11h52

Je vois que tu n’as pas mis longtemps à succomber à la tentation 🙂

Prevost · 12 novembre 2018 à 12h58

Bon, vu ton enthousiasme de groupie face aux écrits de ce monsieur, je vais me faire ma propre idée en m’y plongeant dès que possible dans ce recueil de nouvelles. Moi au moins je le lirai en toute objectivité :p

Antigone · 9 décembre 2018 à 10h10

Il m’attend sagement sur ma PAL. Hâte de le commencer… 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *