sockho

« Il est arrivé perdu dans un manteau de laine. »

 

Je me suis sentie bien dans ce roman dès les premières lignes. Une atmosphère, une ambiance, des odeurs particulières, des sons étouffés que l’on croit entendre au creux de son oreille. Le lecteur est à Socko, petite ville portuaire déserte proche de la Corée du Nord. Il fait froid, la mer n’est pas loin, tout est lenteur et on ne fait qu’attendre…

C’est dans cette atmosphère feutrée qu’aura lieu la rencontre. Celle d’une jeune Franco-Coréenne engluée dans des tâches quotidiennes qui l’éloignent de ses aspirations les plus profondes, et celle d’un auteur de bande dessinée français en mal d’inspiration venu chercher la quiétude et le silence propices à la création dans cette discrète pension de famille. 

 

L’homme tente de dessiner la femme qu’attend son héros. La femme observe dans l’ombre les esquisses d’un amour défunt ou naissant, qui sait… Entre eux, quelques mots rares, des regards, des silences rarement rompus, des longues promenades. Et un lien qui ne dit pas son nom doucement se tisse. Fragile. Ténu. Délicat…

 

Il ne se passe pas grand chose dans Hiver à Sokcko. Les solitudes entrent en résonance, se jaugent, se percutent, s’apprivoisent… Les âmes esseulées trouvent un écho à leur errance, un miroir à leur désert intérieur. Tout est coton. Cocon. Intime. Et on s’y sent bien…

 

Hiver à Sokcko c’est l’histoire d’un amour sans commencement ni fin. Tout y est suggéré, rêvé, juste esquissé. On se perd dans ce qui pourrait être et ne sera peut-être jamais… et c’est magnifique !

 

Un premier roman envoutant dont j’ai le plaisir de partager la lecture avec la douce Moka. Coup de cœur !

 

Les avis de Charlotte, Clara, Eimelle, Jérôme, Joëlle, Martine, Sabine, Virginie

 

« De l’autre côté du mur, la main était lente. Pavane de feuilles mortes dans le vent. Nulle violence dans ce bruit. De la tristesse. De la mélancolie surtout. La femme devait se lover au creux de sa paume, s’enrouler autour de ses doigts, lécher le papier. Toute la nuit je l’ai entendue. Toute la nuit j’aurais voulu tirer sur mes joues pour couvrir mes oreilles. Le supplice n’a cessé qu’au petit matin,  lorsqu’enfin la plume s’est tue, épuisée je me suis endormie. »

 

Éditions Zoé (Août 2016)

144 p.

 

Prix : 15,50 €

ISBN : 978-2-88927-341-6

 

68

 

challenge12016br

34/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book


15 commentaires

framboise · 9 janvier 2017 à 00h32

Un coup de cœur, ça ne se refuse pas 😉
Merci les copines <3

Mo · 9 janvier 2017 à 07h22

Un coup de coeur oui mais… je crois que le rythme de ce roman est trop lent pour moi. Je passe 😉

Stephie · 9 janvier 2017 à 07h38

Comme Mo, je crains surtout au niveau du rythme 😉

Kathel · 9 janvier 2017 à 08h19

Très tentée par ce roman… le rythme ne me dérangera pas, si c’est sur moins de 150 pages !

Emma · 9 janvier 2017 à 08h40

Un coup de coeur, je le note !

luocine · 9 janvier 2017 à 10h49

j’ai vu le billet de Moka et je suis très tentée si j’arrive à tout lire!

Jerome · 9 janvier 2017 à 13h04

Il ne se passe pas grand chose, non, mais l’ambiance m’a séduit au-delà de tout ce que j’aurais pu imaginer !

Alex-Mot-à-Mots · 9 janvier 2017 à 13h54

Vous êtes unanimes, donc.

Antigone · 9 janvier 2017 à 20h14

Ah pourquoi pas donc si il croise ma route !! 😉

krol · 9 janvier 2017 à 20h44

Pourquoi pas ? Mais il faudrait que je le trouve à la bibliothèque !

Moka · 9 janvier 2017 à 21h20

Un coup de coeur que nous partageons pour notre 1ère LC de l’année. C’est bon signe pour la suite ça !

A_girl_from_earth · 9 janvier 2017 à 22h12

Noté depuis sa sortie, thématique Corée, etc, avis plutôt positifs des lecteurs, et puis j’aime beaucoup les éditions Zoé. J’ai juste un peu peur de ce côté « il ne se passe pas grand-chose » du coup pour l’instant je ne me suis pas précipitée.

Nadège · 27 janvier 2017 à 19h31

Après le beau billet de Moka, le tien, tout aussi beau… je suis donc forcément tentée!

Hélène · 11 octobre 2017 à 10h35

Quelle délicatesse ! J’ai beaucoup aimé !

Hiver à Sokcho : Elisa Shua Dusapin – Des livres tous azimuts · 14 janvier 2017 à 15h28

[…] lisais à propos de ce roman ; celui de Moka d’Au milieu des livres, tout aussi délectable ; et celui de Noukette, très […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *