Les gens sont super susceptibles, dès qu’il est question de trucs sexuels. C’est dommage d’ailleurs, parce que quand on y pense, le sexe, c’est assez marrant. Enfin… c’est assez angoissant mais aussi un peu marrant.

Je n’ai jamais trop aimé les prescriptions d’âge sur les livres. Elles peuvent aider, rassurer, orienter un choix, mais finalement, ce sont les lecteurs qui se connaissent le mieux. Ce sont eux qui vont vers les romans qui les attirent, les appellent, les divertissent, les construisent ou les font grandir. Ce sont eux qui se mettent à farfouiller dans les titres qui ne leur sont pas destinés au départ pour y trouver ces réponses qu’ils ne savent peut-être même pas qu’ils cherchent. Parce qu’il faut bien les trouver quelque part…

A quel âge alors parler ouvertement de sexualité aux adolescents ? Comment parler de désir, de fantasme et de plaisir charnel à cette période charnière où le corps se métamorphose, où les envies multiples se télescopent et où la vie sexuelle commence ? S’il est indiqué « -15 » sur la quatrième de couverture, réservant à priori ce roman à un public « averti », faisons confiance aux adolescents et aux jeunes adultes pour aller vers cette nouvelle collection qui ose leur parler directement de toutes les nuances du désir et de l’amour. Faisons leur confiance pour aller vers cette littérature jeunesse qui n’a pas froid aux yeux et s’intéresse à l’adolescence telle qu’elle est…

Il faut de l’audace pour parler de façon totalement décomplexée de ce saut dans le vide, de la rage du désir, de la sauvagerie et de la douceur mêlée. Et beaucoup d’intelligence aussi pour aborder aussi naturellement que possible la sexualité… Avec ce premier titre, la collection L’ardeur propose une vraie réponse, loin des clichés véhiculés par les films pornos ou les romances érotiques dont s’abreuvent les jeunes filles. C’est à la fois très juste et très actuel. C’est cru, émouvant, drôle, érotique, vivant. Vrai.

Il n’est plus question de douceur, à présent. Je veux qu’il me soulève. Littéralement. Je veux que ses mains enserrent ma taille et qu’il me soulève, qu’il me transporte. Sa bouche son torse son sexe c’est ce que je veux. Je veux que l’on se dévore, que l’on se goûte comme des affamés. Je veux un corps à corps. Ce n’est plus mon esprit qui dirige mes actions, c’est mon ventre, mon sexe, mes seins, ma bouche, ma peau.

J’ai vraiment beaucoup aimé ce roman. Le point de départ est original, l’écriture très contemporaine et les émotions, toutes, sont extrêmement bien rendues. L’héroïne de Camille Emmanuelle, Aurore, perd le goût et l’odorat à la suite d’un accident de vélo. Un handicap invisible qui la prive de son propre corps et l’oblige à développer un autre langage. Elle ose, aime, se prend des claques, grandit, se découvre, se blesse, renonce, avance. A travers elle, Camille Emmanuelle dit le sexe tendre, cru, drôle, animal. Elle dit les ratés, le vertige, les chutes, les apothéoses. Elle dit l’importance du regard que l’on porte sur son corps et celui des autres. Simplement. Sans jamais asséner de vérités ou avoir l’air de donner des leçons. Moderne, féministe, érotique et résolument optimiste, Le goût du baiser ouvre tout un tas de portes et le fait drôlement bien !

Une pépite oui, culottée et résolument ancrée dans notre époque. Jérôme et moi ne pouvions pas passer à côté de cette nouvelle collection si prometteuse, l’occasion rêvée de fêter le retour en fanfare des « mardis coquins » de miss Stephie. Il nous avait manqué ce rendez-vous !

 

L’avis de Cathulu

 

Éditions Thierry Magnier (Octobre 2019)

Collection L’Ardeur

220 p.

 

Prix : 14,90 €

ISBN : 979-10-352-0294-1

pepites_jeunesse

 

mardi c'est parmis

Le retour du « premier mardi c’est permis »…

c’est chez Stephie !


8 commentaires

Nathalie · 3 décembre 2019 à 08h05

Intéressant ! J’aime beaucoup le titre. J’ai raté ce premier rdv mais je tâcherai de vous rejoindre pour le suivant !

Jerome · 3 décembre 2019 à 13h17

Le sujet est tellement bien traité ! Fallait oser mais le pari est plus que réussi.

Alex-Mot-à-Mots · 3 décembre 2019 à 15h59

Difficile de m »langer les deux thèmes du jour, mais vous y êtes arrivés. Bravo !

Antigone · 4 décembre 2019 à 07h49

Je pense que j’aurais aimé avoir un tel livre sous la main lorsque j’étais jeune… Au moins un roman qui ne passe pas l’acte sous silence et peut répondre éventuellement aux questionnements des ados. Il est très utile de parler de ces choses telles quelles sont, sans les édulcorer.

L'Irrégulière · 4 décembre 2019 à 11h07

Moi à 14 ans je lisais les lectures amoureuses de Pauvert à la Musardine ^^ (on voit le résultat) ! Mais je pense qu’il est important en effet que les ados aient des textes écrits pour eux sur le sujet !

Liliba · 4 décembre 2019 à 11h56

Décidément, après l’avoir vu chez Jérôme, j’ai vraiment envie de découvrir ce roman plutôt original ! Je ne sais en revanche pas encore si je suis prête à l’offrir à ma grande fille !

Fanny · 7 décembre 2019 à 09h04

Je suis plus que curieuse!

Un chat, un orgasme, un mardi et c'est reparti - Mille et une Frasques · 3 décembre 2019 à 08h35

[…]   Les autres participants de ce mardi sont : Antigone qui a fait dans les bulles, Jérôme et Noukette qui vous présentent le premier-né d’une collection audacieuse de romans érotiques pour […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *