Mélodie au crépusculeDillies aime les volatiles et moi j’aime Dillies… Cet album là, je l’ai voulu, cherché dans toutes les médiathèques du coin… en vain. Épuisé chez l’éditeur depuis des années, je n’avais plus beaucoup d’espoir de l’avoir un jour entre les mains.

 

Et puis le miracle a eu lieu, j’ai enfin réussi à dégoter un exemplaire d’occasion de ce petit bijou, payé à prix d’or comme tous les choses rares et précieuses… mais je suis loin de le regretter.

 

Publié après Betty Blues mais avant Bulles et nacelle et le merveilleux Abélard, on y retrouve les thématiques chères à l’auteur et son coup de crayon reconnaissable entre mille. Et on fond…

 

Scipion Nisimov, gratte-papier de son état, est un échassier qui fume trop et passe son temps à rêver… Lors d’une de ses promenades-rêveries, il croise la route de Tchavolo Naguine, genre de chat sauvage sans attaches, nomade à roulotte, qui trace la route sans but précis. Il lui apprend la pêche à la mouche et l’art d’observer les nuages. Scipion ne s’éternise pas, la belle Daphné l’attend ce soir. Fier comme un gardon, il lui ramène un poisson tout juste pêché qu’il s’imagine déjà déguster avec elle.

Mais Daphné ne l’attend pas. Quand Scipion ouvre la porte de la chambre, il la découvre à califourchon sur un autre homme… Le monde de Scipion s’écroule, en même temps que ses certitudes et ses illusions de bonheur. Contre le spleen et le chagrin d’amour, Tchavolo a le remède : la musique. En lui offrant un vieux violon déglingué, il lui ouvre les portes d’un monde insoupçonné…

 

Qu’elle est douce cette mélodie au crépuscule, quelle jolie partition de Renaud Dillies… Étrange, onirique et poétique aussi…

Comme Rice, Scipion est ivre de douleur et de chagrin après la perte de sa douce. Comme Rice, il fuit. Comme Abélard, il prend la route histoire de trouver un sens à sa vie. C’est le jazz qui sauvera Scipion et les larmes qu’il fera enfin couler, l’amitié aussi peut-être, et la vie, rêvée…

 

La fin, elle, est belle et triste à pleurer… Le monde de Scipion est infiniment cruel, normal que celui ci veuille le fuir par tous les moyens…

 

Quant au style Dillies, je suis fan… Un dessin presque enfantin, une façon toute particulière de s’affranchir des cadres, un joli mouvement, une belle liberté… Dillies est un virtuose et nous offre encore ici des planches magnifiques.

 

Encore, j’en veux encore…!

 

L’avis de Jérôme… qui a découvert cette jolie mélodie tout à l’heure… et en a écrit un très joli billet dans la foulée ! Une lecture commune inattendue, j’aime…!

 

 

Mélodie_1

Mélodie_3

© Dillies / Paquet

 

Éditions Paquet (Octobre 2006)

Collection Blandice

78 p.

 

 

C’était ma logo BD Mango rouge !

Chez Mango et chez les autres !

 

topbd_2013.jpg

 

by Yaneck

18/20


26 commentaires

jerome · 28 août 2013 à 07h55

Une fin belle et triste à pleurer, ça veut dire lecture obligatoire pour moi. Apparemment il est dispo à la médiathèque. Je sais déjà ce que je vais faire ce midi…

    Noukette · 28 août 2013 à 10h17

    J’ai vraiment retrouvé tout ce que j’aime chez Dillies… Ce gars a ses démons et j’aime ça ! Persuadée qu’il va te plaire celui là !

Mango · 28 août 2013 à 08h30

Tout ce que j’aime cette histoire …et ces dessins, bien sûr! Veinarde! Il est vraiment si rare?

    Noukette · 28 août 2013 à 10h18

    Disons qu’il est difficile à trouver puisque épuisé chez l’éditeur. ma bibli est trop récente pour l’avoie dans ses bacs, pas dit que tu ne la trouves pas chez toi…! A découvrir en tous cas, c’est une bien jolie pépite !

Syl. · 28 août 2013 à 09h03

« Une fin belle et triste à pleurer », ça veut dire lecture à éviter pour moi ! Je suis le contraire de Jérôme !!!
Mais comme j’aime les couleurs et les dessins, je note.

    Noukette · 28 août 2013 à 10h19

    Je suis peut-être trop sentimentale…! 😉 J’espère vraiment que tu arriveras à mettre la main sur ce joli conte, c’est vraiment très beau !

cristie · 28 août 2013 à 10h33

J’en veux moi aussi ! ^^

Marilyne · 28 août 2013 à 11h21

J’adore cet univers que tu décris et ce graphisme que je vois. Bon, bon, bon, toujours pas lu Abélard moi. Hum.

    Noukette · 28 août 2013 à 14h15

    Et on est encore copines…? Très étonnant ça ! 😉 Il faut lire Abélard voyons, et Betty blues, et cette magnifique Mélodie au crépuscule… Quelle chance tu as !

Leiloona · 28 août 2013 à 15h06

Z’êtes terribles tous les deux, je n’ai plus qu’à aller faire un tour à la bibli’, moi …

    Noukette · 29 août 2013 à 15h55

    C’est beau, il faut le lire… et Abélard aussi hein (au risque de me répéter…)

Mo' · 28 août 2013 à 17h23

Ton avis confirme l’idée que je m’en faisais. Je pense que j’aimerais !

Kikine · 28 août 2013 à 22h30

Ohh miracle, il est disponible à la biblio…. c’est qui qui va pleurer bientôt ? c’est bibi !

Merci pour ce joli billet !

lasardine · 29 août 2013 à 00h28

lu récemment, mon billet est à venir! j’ai adoré adoré adoré!!! il faut maintenant que je trouve « Bulles et nacelle »!!

    Noukette · 29 août 2013 à 15h57

    Bulles et nacelle est un p’tit cran au dessous mais c’est excellent aussi ! Hâte de lire tes avis ! (il vient quand celui sur Mélodie hein, il vient quand…?)

Moka · 29 août 2013 à 10h19

Je n’ai pas encore écrit le billet mais j’ai aimé ce titre. Pas autant que Betty et notre Aby chéri mais comme à chaque fois, Dillies m’enchante.

    Noukette · 29 août 2013 à 15h58

    Comme toi, Abélard indétrônable number one, puis Betty blues égalité avec Mélodie…

Choco · 29 août 2013 à 11h07

Ah, Dillies…. soupir ! 🙂

Alex-Mot-à-Mots · 1 septembre 2013 à 17h59

Eh bien, tu voulais absolument le lire !

Mélodie au crépuscule (Lundi One-shot) | Les Chroniques de l'invisible · 20 janvier 2014 à 06h23

[…] Aliasnoukette […]

Mélodie au Crépuscule – Renaud Dillies | Au milieu des livres · 25 juin 2014 à 07h56

[…] Les avis de Jérôme , Noukette. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *