origami

« L’origami le plus populaire et symbolique au Japon est la grue.
La légende raconte que si l’on parvient à plier mille grues en papier, tous nos vœux se réalisent. »

 

Respirez profondément… Laissez vous portez par le silence et ce qu’il vous raconte… Plongez en vous-même, écoutez le bruit de votre respiration, le temps qui passe, la vie qui bat…

 

Monsieur Origami est une parenthèse de lecture hors du temps. Une bouffée d’oxygène dans une rentrée littéraire souvent bien trop anxiogène, un petit moment suspendu de poésie pure…

 

« Toute beauté a sa part d’ombre. »

 

Maître Kurogiku plie du papier et médite sur l’origine de toutes choses. Installé dans une ruine en Toscane depuis quarante ans, celui que les rares habitants du village surnomment monsieur Origami a arrêté de chercher. Si c’est par amour qu’il a quitté son Japon natal, c’est autre chose qu’il a trouvé dans cette vie de rien. Peut-être l’essentiel…

Casparo est un jeune horloger italien qui rêve de maîtriser le temps. Il veut construire la montre la plus complexe possible, capable d’indiquer toutes les mesures du temps. C’est à monsieur Origami qu’il demande de le loger…

 

« Jusqu’à aujourd’hui, Maître Kurogiku n’avait jamais réagi.

Un jour, tout le monde a envie que quelque chose change – ou cesse.

Brusquement ce moment est là.

Pour Maître Kurogiku, ce moment arrive aujourd’hui.

Il est temps de changer.

Il se le doit. A lui-même.

Ce garçon est une chance. »

 

Une rencontre faite de silences. Maître Kurogiku et Casparo parlent et se taisent ensemble. Simplement. Inlassablement. Chacun apprend de l’autre en se confrontant à lui. Chacun finit aussi par en apprendre beaucoup sur lui-même… La mise à nu est silencieuse, essentielle. Elle prend racine dans le temps qui passe et les traces parfois douloureuses laissées par le passé…

 

Pas d’esbroufe ni d’effets de manche ici. Les mots sont comptés, choisis avec soin, ont leur propre musique. La définition même de l’épure, la quintessence du mot. Dépouillé à l’extrême, le texte résonne et se déploie avec la force d’un conte, avec la légèreté d’une plume. On suit les personnages avec respect, on les écoute avec une sorte de déférence teintée d’admiration. Un ravissement de tous les instants… 

 

Un premier roman qui a tout du bijou… ♥

 

« … L’homme a plié la ligne du temps. En secondes. En minutes. En heures. En jours. En semaines. En mois. En années. En siècles. En millénaires. En ères. En éternité. L’homme sait ce que sont la seconde et le millénaire. Une griffe dans le temps. Un pli sur la ligne du temps. Mais le temps, le temps lui-même, la ligne qui ne contient pas de pli, qui n’a ni début ni fin ni mesure ni épaisseur, cela l’homme ne le comprend pas. »

 

Les avis de Eimelle, Joëlle, ManU, Nicole, Sabine

 

Éditions Gallimard (Août 2016)

Collection Blanche

160 p.

 

Prix : 15,00 €

ISBN : 978-2-07-019772-9

 

 

68

 

challenge12016br

17/18

Challenge 1% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book


15 commentaires

Virginie · 3 octobre 2016 à 06h40

J’avais mis sur ce livre sur ma wish list et quand je l’ai feuilleté (et lu quelques pages), la forme narrative ne m’a pas plu…

Leiloona · 3 octobre 2016 à 07h51

Ok vendu !!!!

Laure · 3 octobre 2016 à 08h08

J’achète aussi !

Hélène · 3 octobre 2016 à 08h36

J’aime bien les bijoux… 😉

framboise · 3 octobre 2016 à 09h10

Espère qu’il passera par moa, toutafé besoin d’un brin de douceur !
Bisous copine <3

Kathel · 3 octobre 2016 à 10h01

Comme Virginie, je l’ai feuilleté, et ça ne m’a pas encouragée à aller plus loin…

Jerome · 3 octobre 2016 à 12h40

Il me le faut, tu t’en doutes !

Asphodèle · 3 octobre 2016 à 13h25

Voilà, conquise je suis ! Je trouvais cette rentrée un peu lugubre et comme tu le dis « anxiogène » à part quelques titres mais là, je vais me jeter dessus dès ma prochaine descente en librairie ! 😉

manU · 3 octobre 2016 à 16h20

Je l’ai beaucoup aimé aussi même s’il m’a un peu trop rappelé des livres comme Zen de Maxence Fermine que j’ai préféré…

Aifelle · 3 octobre 2016 à 17h39

Il pourrait bien me plaire, mais en voyant les commentaires de Kathel et Virginie, je vais d’abord le feuilleter pour me faire une petite idée.

krol · 3 octobre 2016 à 19h04

J’ai entendu l’auteur sur France Inter et je n’ai qu’un envie depuis : lire son livre poétique !

Alex-Mot-à-Mots · 4 octobre 2016 à 13h13

A déguster par petites touches pour rendre zen.

yueyin · 12 décembre 2016 à 21h20

une lecture délicieuse 🙂

Naomi · 5 avril 2017 à 21h16

Très belle chronique ! Tout comme toi, j’ai trouvé que ce roman était un petit bijou, c’est un apaisement total.

Monsieur Origami-Jean-Marc Ceci – Mes pages versicolores · 30 mai 2017 à 00h08

[…] L’avis plus que positif de Noukette comparé à celui de Moka qui a été moins enthousiaste.  […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *