Intérieur nuit. L’immense toile sombre et torturée repose sur le mur au milieu des pots et des pinceaux qui jonchent le sol. Quelques chandeliers répandent leur lueur chancelante dans l’atelier faiblement éclairé par les premières lueurs de l’aube. Jørgen Nyberg en a fini pour cette nuit. Depuis son loft situé au 153e étage d’une gigantesque tour, la vue sur la ville-monstre est spectaculaire. Alors que l’immense fourmilière humaine s’extirpe de sa torpeur, l’homme sans âge se retire pour sa « nuit », charge pour Yris, son auxiliaire virtuelle, de scruter le réseau et de lui faire un compte-rendu détaillé des publications à son sujet.

A son réveil, sa fidèle assistante lui annonce qu’elle a accepté un rendez-vous, juste avant l’aube, avec Niels, un jeune étudiant en philosophie des arts fasciné par l’insaisissable personnalité de l’artiste. Ermite silencieux, l’homme s’est depuis longtemps retiré du monde, laissant parler à sa place une œuvre monumentale troublante réalisée avec des techniques datant de la Renaissance italienne. Le cas Jørgen Nyberg agite le Workin’glass, réseau social dominant à la solde d’un gouvernement qui a l’oeil sur tout. Sa notoriété, son personnage, sa mythologie suscitent débats et passion. Il se pourrait qu’il ait traversé les siècles et l’histoire. Il se pourrait qu’il ait eu mille vies…

 

Dans mon inhumanité, je me sens souvent plus humain que ce troupeau de cloportes qui rampent au pied de ma tour, 153 étages plus bas. C’est ce qui aide mon âme damnée à croire encore en moi… et en l’aube… lorsque je retourne au fond de mes ténèbres.

Le regard de l’artiste. Une façon d’être au monde et de le dire, loin du spectacle désolant qui éloigne de l’essentiel en érigeant des dieux virtuels de pacotille. Un effacement au monde nécessaire, comme une mise à nu. Après Etunwan et Animabilis, Thierry Murat conclut de la plus belle des manières son incroyable triptyque qui interroge la création artistique… Il y est question d’art et de philosophie, d’immortalité et de Renaissance, d’humanité et de fièvre créatrice. Un roman graphique pointu et saisissant de beauté, tout en bichromie de noir et de gris, qui pointe du doigt nos inhumanités en choisissant de parler de notre monde et de l’avenir qu’on lui dessine au travers de la figure iconique du vampire. Crépusculaire et hypnotique ♥

A l’abri de la lumière du jour, mon âme cherche en vain le repos au creux du noir primitif et immortel. Le noir d’avant la création du monde. Le noir d’avant le temps.

Éditions Futuropolis (Avril 2021)

173 p.

 

Prix : 26,00 €

ISBN : 978-2-7548-2808-6

BD de la semaine saumon

Chez Stephie  


16 commentaires

Cristie · 14 avril 2021 à 08h18

Je ne lis même pas en diagonal car je veux absolument la lire. Je reviendrai plus tard !

eimelle · 14 avril 2021 à 10h32

pas certaine que ce soit un univers pour moi!

Enna · 14 avril 2021 à 12h35

J’aime le style de Murat et tu m’intrigues !

Fanny · 14 avril 2021 à 14h47

Il faudrait que je le découvre enfin. Je pense que je serai sensible à ses dessins.

PatiVore · 14 avril 2021 à 16h43

Ouah, impressionnant ! Il faut les lire les 3, dans l’ordre ?

Stéphie · 14 avril 2021 à 16h49

Lecture en diagonale car elle me fait très envie 🙂

gambadou · 14 avril 2021 à 22h11

Intriguant et diablement tentant

Violette · 16 avril 2021 à 18h36

spécial sans doute… Je sèche d’ailleurs un peu côté BD en ce moment…

Amandine Au Fil des Plumes · 17 avril 2021 à 10h17

Je ne suis pas sûre d’adhérer à l’esthétique.

Blandine · 17 avril 2021 à 14h24

Je reste mitigée, tentée mais aussi crainte d’être maintenue à distance

Mylene · 18 avril 2021 à 08h25

à la fois tu m’intrigues et je ne suis pas tentée par le dessin… à voir donc !!

mamabookine · 20 avril 2021 à 17h50

Intrigant… je note, sans en faire une priorité, à tort peut être…

Moka · 22 avril 2021 à 10h31

J’ai un peu peur de ne pas adhérer cette fois… Mais il me faut bien clore ce cycle !

Bidib · 23 avril 2021 à 10h37

ça l’air assez lugubre, mais si je le trouve en bibliothèque j’irais regarder ça de plus près

Jérôme · 24 avril 2021 à 17h51

Ce dessin me fascine toujours autant ! Dès qu’il arrive à la bibli je me jette dessus !

Caro · 25 avril 2021 à 19h22

C’est particulier Thierry Murat… Je vais aller voir si c’est dispo du côté de ma bibliothèque, car cela m’intrigue…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *