Le sujet de ce premier roman est un peu dingue ou disons peu abordé dans la littérature. Dans la vie aussi. Un sujet peu commun : la sexualité et plus particulièrement le BDSM. Cette histoire s’écrit à partir d’une soirée d’enterrement de vie de garçon où le fiancé disparait. Il a 24 ans. Il s’appelle Marc.

L’enquête de l’époque n’a rien donné. Aucun indice […]. Pas de traces d’altercation ni d’éléments pouvant expliquer la disparition, à un moment il était là, au suivant il ne l’était plus.

La fiancée, celle qui reste, seule, abandonnée, est Nadège. Quand débute le roman, Nadège a refait sa vie. Elle se bat. Tâche d’aller de l’avant. Trois ans déjà. Et puis, un lundi matin, dans un appartement « en plein milieu des pentes de la Croix-Rousse », une femme est retrouvée sans vie.

Longues cuissardes en cuir lacées sur l’arrière de la jambe, pubis et fesses nus, bustier en cuir serré par un nœud qui maintient des dizaines de rubans croisés, épais gants noirs des coudes jusqu’au bout des doigts. La tête est cernée de longues mèches de cheveux noirs qui s’étalent tout autour de son visage, formant un halo sombre. […] La propriétaire des lieux, car c’est bien elle dont il s’agit, est entière et éteinte.

Sabrina. Auprès d’elle, il y a Marc. Amoché mais en vie. En vie ? Pourquoi ? Comment ? L’enquête menée dans cette histoire pour reconstruire les trois années de Marc et sa relation avec Sabrina est digne d’un polar. Ou presque… Car il s’en suit, dixit la quatrième de couverture un poil alléchante, « un triangle amoureux atypique, qui trouve sa réalisation dans l’exploration des sexualités alternatives »…. Tout un programme donc !

Et c’est dérangeant. Bien mené. C’est courageux. Bien écrit. C’est cru. Ça m’a plu et en même temps ça m’a un brin écœuré, attristé et toutafé intéressé ! Pas de fioritures dans ce roman, ni de complaisances. L’écriture est lisse, presque froide. Simple. Les descriptions sont techniques. Il est question de sexualité donc mais pas seulement. Dans ce roman, il s’agit aussi de liberté, de choix de vie, de responsabilité et d’engagement… Et d’amour pardi ! Des questions universelles abordées par le prisme de la sexualité « alternative » et de la littérature surtout…

Un livre à découvrir, qui fait réfléchir plus que ce qu’il ne choque et qui permet, évidemment, de sortir de sa zone de confort. C’est exactement pour ce genre de livre qui détonne que j’aime l’aventure des 68 premières fois.

Je sais ce que c’est de vouloir disparaître, de ressentir le besoin d’explorer une autre facette de soi-même. Ton histoire me rappelle une partie de la mienne. C’était il y a longtemps, mais je n’ai pas oublié, les bons moments et aussi les questions de merde qui t’empêchent de dormir, les trucs que tu ressens qui vont à l’encontre de ce qui nous attend depuis tout môme. Sois un homme, mon fils, attrape les femmes, ne te fais prendre. Et si jamais, n’en laisse rien paraître. Je connais.

Éditions Anne Carrière (Août 2018)

189 p.

 

Prix : 17,00 €

ISBN : 978-2-84337-921-5

By Hérisson


7 commentaires

Nathalie · 26 octobre 2018 à 08h06

Malgré ce que tu en dis, je ne suis pas sûre d’être attirée par cette lecture… 😉

Joëlle Guinard · 26 octobre 2018 à 09h09

Je l’ai récemment terminé et ai été très étonnée par ce roman vers lequel j’allais à reculons… Oui il nous fait sortir de notre zone de confort et donne à réfléchir… Je ne regrette pas de l’avoir lu…

Noukette · 26 octobre 2018 à 14h25

Sacrée trouvaille que voilà ! Par certaine de te suivre dans cette découverte mais je salue la diversité des titres proposés par les fées de 68 ! 🙂

Alex-Mot-à-Mots · 27 octobre 2018 à 19h49

Tu es toutafé convaincante 😉

Jerome · 29 octobre 2018 à 11h49

Pas franchement mon truc la sexualité alternative… Je suis d’un classicisme désolant, que veux-tu 🙂

Amandine · 2 novembre 2018 à 18h49

Et bien, je m’avoue quelque peu intriguée…

Objet trouvé – Matthias Jambon-Puillet – 68 PREMIERES FOIS · 30 octobre 2018 à 16h06

[…] C’est dérangeant. Bien mené. C’est courageux. Bien écrit. C’est cru. Ça m’a plu et en même temps ça m’a un brin écœuré, attristé et toutafé intéressé ! Pas de fioritures dans ce roman, ni de complaisances. L’écriture est lisse, presque froide. Simple. Les descriptions sont techniques. Il est question de sexualité donc mais pas seulement. Dans ce roman, il s’agit aussi de liberté, de choix de vie, de responsabilité et d’engagement… Et d’amour pardi ! Des questions universelles abordées par le prisme de la sexualité « alternative » et de la littérature surtout… Un livre à découvrir, qui fait réfléchir plus que ce qu’il ne choque et qui permet, évidemment, de sortir de sa zone de confort. C’est exactement pour ce genre de livre qui détonne que j’aime l’aventure des 68 premières fois.      – Framboise Lavabo (sur le blog de Noukette…) […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *