PrimalVoilà un livre qui m’intriguait fortement : son titre, son illustration de couverture, et l’histoire surtout… En quelques mots, si j’avais à vous résumer ce roman atypique, je dirais à peu près ceci : prenez un peu de la série « Lost » pour le point de départ, rajoutez-y un soupçon de « Kho Lanta », saupoudrez le tout d’un peu de « L’île de la tentation »… Vous obtiendrez Primal, un livre qui m’a accompagné plusieurs jours sans que je puisse le lâcher, un roman original et quelque peu déroutant, mêlant enquête et fiction dont l’espèce humaine ne sort pas grandie !

 

« Si l’on vous dépouillait de tout, êtes-vous absolument certain de la façon dont vous vous conduiriez au paradis ? »

 

En juin 2006, un groupe de neuf étudiants accompagnés de personnels universitaires part en expédition pour un mois sur une île déserte paradisiaque en plein coeur du Pacifique Sud. Le professeur Raul Lopez-Turner, « explorateur et primatologue de renommée mondiale », mène ce projet qui lui tient à coeur. Mais voilà… A la fin de la mission scientifique, alors que tous attendent leur retour en Angleterre, on perd leur trace : l’enquête conclura à un naufrage sans survivants.

Un peu plus d’un an après leur départ, alors que leur décès est déclaré depuis plus de six mois, on retrouve les jeunes gens, nus et hagards, à plus de deux mille kilomètres de l’île sur laquelle ils auraient dû se trouver. Enfin, certains d’entre eux : trois hommes manquent à l’appel dont le professeur Lopez-Turner, mort noyé la nuit de l’incendie qui aurait entièrement détruit le camp de base ainsi que toutes les provisions, les médicaments et les affaires personnelles du groupe. Évidemment, leur histoire fait la une des journaux tant elle est sensationnelle : comment les naufragés ont-ils fait pour survivre ? Comment se sont-ils organisés ? Comment ont-ils fait pour rester unis dans l’épreuve ? A tous les médias, dans chaque interview, les survivants racontent la même version peu crédible de leur histoire, une version qui met en avant leur courage, leur amitié…

Robin Baker est choisi pour cosigner le livre qui racontera la version officielle de leur histoire, mais au fond de lui, il est persuadé que la vérité est bien différente de celle présentée par les survivants. Ils cachent quelque chose, mais quoi ? L’enquête de Robin Baker se révèle passionnante : malgré la réticence des uns, l’hostilité des autres, il se lance dans le projet, curieux de démêler le vrai du faux et de reconstituer la véritable histoire. Pour cela, il rencontrera Ysan, l’une des survivante : son témoignage forme la première partie du livre. Mais Ysan ne dit pas tout…

 

Voilà un roman qui ne laisse pas indifférent ! Son originalité tient beaucoup à son auteur : Robin Baker a écrit des best-sellers internationaux dans le domaine de l’évolution et de la biologie sexuelle des êtres humains et des autres animaux. Ces travaux de recherche ont donné lieu à de nombreux articles et essais mettant en regard le comportement et les instincts sexuels de l’homme et celui des grands singes. Comment se comporteraient des hommes civilisés s’ils se retrouvaient du jour au lendemain à l’état sauvage ? Reproduiraient-ils un mode de vie propre aux humains (monogamie, famille nucléaire) ? Pas si simple… La réalité est plus troublante, dérangeante même. Sans cadre, sans lois, sans autorité…, l’homme redevient-il un animal ?

On entre de plein pied dans l’histoire, il faut dire que le point de départ de l’intrigue nous donne envie d’en savoir plus ! J’ai trouvé les personnages particulièrement bien campés, bien analysés, ils sont à n’en pas douter un des atouts du livre. On suit leurs aventures avec avidité, le suspense est bien présent, les non-dits et les zones d’ombres sont bien distillés et on ne cesse de s’interroger sur le fin mot de l’histoire.  On ne s’ennuie pas ! Évidemment, on ne peut faire l’impasse sur les descriptions très « anatomiques » de certaines scènes. Même si l’on s’habitue à la nudité des personnages, elle n’en reste pas moins troublante : scènes sexuelles, viols, violence, rien ne vous sera épargné… Tout ceci se justifie bien sûr par la thèse que cherche à exprimer l’auteur, néanmoins, certaines scènes peuvent choquer les âmes sensibles !

J’ai beaucoup apprécié cette lecture, même si je dois avouer que j’ai largement préféré la première partie du roman constitué par le récit d’Ysan de la vie sur l’île. Dans le reste du roman, l’auteur avance des théories, tente de combler les vides, rencontre les autres survivants… Cette partie qui lui permet de défendre sa thèse m’a par moments ennuyée et la fin m’a laissée perplexe…

Une lecture choc pour laquelle je remercie chaleureusement Babelio.jpget les éditions JC Lattès !

 

Premières phrases : « Dépouillé de tout, comment vous comporteriez-vous au paradis ? Sacrifieriez-vous votre intérêt personnel pour aider à fonder une société morale, bienveillante et solidaire ? Seriez-vous disposé à partager votre nourriture, votre espace -voire votre partenaire amoureux- pour désamorcer les conflits et favoriser l’harmonie ? Et même s vous y parveniez, comment géreriez-vous ceux qui, au sein de votre groupe, en sont incapables ? Ceux qui sont plus jaloux, plus rancuniers, plus possessifs et plus agressifs que vous ? »

 

Au hasard des pages : « Si vous voulez voir ce que valent les êtres humains, rendez-les à l’état sauvage. Forcez-les à vivre nus parmi les singes. Ce que vous verrez ne vous plaira pas, mais peut-être comprendrez-vous alors que la société moderne n’est qu’une façon de nous dissimuler à nous-mêmes notre véritable nature. Vous verrez à quel point il s’agit d’une construction fragile. » (p. 336)

 

Editions JC Lattès (Janvier 2011)

431 p.

 

 

Primal par Robin Baker Primal Primal Robin Baker Critiques et infos sur Babelio.com

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-primal-robin-baker-68491119.html

Catégories : Littérature étrangère

16 commentaires

Commentaire n°1 posté par pimprenelle · 7 mars 2011 à 07h20

Ohlala, que c’est intriguant! Je me laisserais bien tenter par un tel livre!

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h15

    Le sujet a tout pour intriguer, c’est très habile !

Commentaire n°2 posté par Irrégulière · 7 mars 2011 à 14h04

mmmhhh, c’est intrigant !

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h17

    Et encore, je n’ai pas dévoilé une grande partie de l’intrigue…! 😉

Commentaire n°3 posté par blueverbena · 7 mars 2011 à 17h10

Wouaaaah! ça a l’air génial!

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h18

    Sûre que ça pourrait te plaire !

Commentaire n°4 posté par Petite Noisette · 7 mars 2011 à 18h17

Ca me tente bien dis donc !!

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h18

    Dis moi si tu veux que je te le prêtes ! 😉

Commentaire n°5 posté par Choupynette · 7 mars 2011 à 18h55

je regarderai s’il est à la bibli. ç’a l’air intéressant, mais un brin casse-gueule!

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h19

    C’est vrai que ça a un côté casse-gueule, mais dans l’ensemble je trouve que c’est plutôt réussi !

Commentaire n°6 posté par Stephie · 7 mars 2011 à 19h51

Si j’avais le temps matériel, je crois que je le lirais…

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h20

    garde toujours l’idée dans un coin de ta tête…, tu peux toujours me soudoyer tu sais ! 😉

Commentaire n°7 posté par Manu · 7 mars 2011 à 20h28

Je ne suis pas tentée par ce genre d’intrigue. Je n’avais pas trop aimé Sa majesté des mouches et Lost ne m’a jamais attirée.

    Noukette · 8 mars 2011 à 00h21

    Une chose est sûre, c’est un roman très original qui se lit d’une traite malgré les quelques longueurs à la fin…

Commentaire n°8 posté par Géraldine · 17 mars 2011 à 21h18

Je note, en espérant ne pas connaître l’ennui lors de ma lecture. mais j’avoue, je suis bien intriguée par ce roman.

    Noukette · 19 mars 2011 à 23h48

    Le résumé m’avait beaucoup intriguée aussi, et dans l’ensemble ce livre tient ses promesses malgré quelques petites longueurs ici et là…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *