Aquarium – David Vann

Je ne suis pas une inconditionnelle de l’auteur au point d’avoir lu toute sa bibliographie mais j’ai reçu une grande claque à la lecture de Sukkwan Island, magistral de tension psychologique. Desolations m’avait laissée beaucoup plus mitigée mais là encore impossible de ne pas lui reconnaitre un don pour mettre en scène l’angoisse. Inconcevable donc de ne pas craquer pour ce nouveau roman au titre si énigmatique…

 

Aquarium m’a prise dans ses filets dès les premières lignes. Là encore, David Vann se plait à radiographier de l’intérieur les fêlures d’une famille en disséquant au scalpel les émotions, les petites bassesses, les grandes blessures, les folies et les frêles espoirs de personnages qui tous se débattent principalement contre eux-mêmes. Rien de très glorieux non, du sombre, du noir, tout semble encore et toujours sans issue. Le couteau s’enfonce dans la plaie encore suintante, les fissures s’agrandissent… et le lecteur, totalement hypnotisé, regarde leur petit monde vaciller.

 

Les relations perverses qui peuvent s’installer dans une famille, les affres du passé, l’impossibilité du pardon, la question de la résilience. David Vann a ses marottes et bon sang ça bouscule…

 

« Tout est possible avec un parent. Les parents sont des dieux. Ils nous font et nous détruisent. Ils déforment le monde, le recréent à leur manière, et c’est ce monde-là qu’on connaît ensuite, pour toujours. C’est le seul monde. On est incapable de voir à quoi d’autre il pourrait ressembler. »

 

Caitlin a douze ans. Elle habite Seattle avec sa mère Sheri dans un appartement de banlieue tout ce qu’il y a de plus modeste. Pas de père à l’horizon. Tous les jours, sa mère s’échine dans un boulot d’homme sur les quais. Elle rentre épuisée et peine à joindre les deux bouts. Mais elles se tiennent les coudes, soudées comme peuvent l’être une mère et sa fille, chacune étant la béquille de l’autre. Chaque jour après l’école, Caitlin se rend à l’aquarium où elle a un pass annuel. Sa soupape quotidienne, sa bouffée d’air frais… En attendant que sa mère vienne la récupérer à la fin de sa journée de travail, elle plonge ses yeux dans les bassins, observe ce monde marin qui la fascine et rêve d’autres horizons. C’est là qu’elle fera la rencontre qui fera tout basculer. Un vieil homme, passionné comme elle, qui deviendra un ami, un confident. Une amitié aussi inattendue qu’improbable qui plongera sa mère dans une colère noire et fera remonter à la surface des secrets bien enfouis…

 

Le grain de sable dans l’engrenage déjà bien fatigué… On a beau savoir que le vernis va vite se ternir, on est loin de s’imaginer ce que l’auteur réserve à ses personnages. Il y a quelque chose de brut dans ce roman, de sauvage. Les émotions sont sans filtre, on s’embourbe, on sort la tête de l’eau, on replonge encore. Tragédie banale d’une famille qui s’enlise, Aquarium asphyxie le lecteur même si cette fois, ouf, l’espoir est tout de même permis. Une timide rédemption que permettra peut-être l’innocence et la persévérance de Caitlin, incroyable de résistance et d’amour…

 

Fascinant, dérangeant… en un mot, brillant !

 

Les avis de Cajou, Fanny, La fée lit, Laure, Léa Touch Book, Luocine

 

Éditions Gallmeister (Octobre 2016)

Collection Nature Writing

280 p.

Traduit par Laura Derajinski

 

Prix : 23,00 €

ISBN : 978-2-35178-117-3

 

challenge12016br

41/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book

26 commentaires sur “Aquarium – David Vann

  1. Comme toi, j’ai lu deux titres : le premier « Sukkwand Island » avec grand enthousiasme, le second « Impurs », un peu moins, en me demandant ce qu’il allait réserver aux autres membres de la famille dans les prochains… Je vois que le thème lui tient toujours à coeur.
    Ce qui est bien finalement après avoir lu David Vann, c’est de regarder sa propre famille et se réjouir qu’elle aille si bien :-)

  2. Comme toi, Sukkwan Island m’avait scotché et puis le second que j’ai lu de lui m’avait très franchement déçu, mais si tu dis que celui-ci est très bon, peut-être devrais-je le lire ?

  3. Je n’ai pas eu le même enthousiasme que toi à sa lecture ! Le seul roman que j’ai vraiment apprécié c’est justement Désolations…

  4. 2017 sera pour moi l’année de découverte de cet auteur et ce sera Sukkwan Island ! Depuis le temps qu’il m’attend, j’ai honte !
    Pourtant je suis convaincue que je vais adorer !

  5. Je n’ai lu que le premier (une grande claque). J’hésite à lire les suivants par peur d’être déçue.J’ai l’impression qu’il ne se renouvelle pas beaucoup, tout de même.

  6. J’ai adoré Sukkwan Island, aimé le début de celui-ci mais je n’ai pas été emballée par cette fin un peu gentillette que propose l’auteur…Mais c’est un très bon roman quand même ;o)

  7. En te lisant, je me dis que si je n’avais jamais lu cet auteur, je m’y laisserai sans hésiter ! Sauf que voilà, j’ai lu les trois premiers, j’ai été suffoquée à chaque fois, sans être finalement vraiment convaincue. j’ai un peu l’impression qu’il joue à chaque fois sur les mêmes ressorts !

  8. Sukkwan Island avait été un choc pour moi mais c’était tellement dur que j’ai mis un moment à m’en remettre, tout en ayant bcp aimé la plume de l’auteur… Comme ici ça a l’ai un tout petit peu moins noir je vais peut-être me laisser tenter…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>