Ces instants-là – Herbjørg Wassmo

Ces-instants-laJ’ai commencé ce roman persuadée que j’allais au devant d’un gros coup de cœur. Au bout d’une petite cinquantaine de pages, je savais malheureusement qu’il n’en serait rien… Malgré certains passages sublimes et quelques fulgurances d’écriture, le destin très intime de cette femme m’a globalement laissée de marbre…

 

Tout au long de ma lecture, j’ai n’ai cessé de repenser à mon expérience « Kerangal ». Deux romans certes très différents mais qui ont en commun une écriture exigeante qui peine à faire naître l’émotion, du moins en ce qui me concerne. J’ai assisté, distante, à la peinture de ces petits moments qui font une vie sans jamais ressentir une quelconque empathie pour celle qui n’est jamais nommée dans le roman. Partagée entre l’ennui et l’agacement profond, j’ai souvent été tentée d’abandonner ma lecture…

 

 

Et puis, au fil des pages, des phrases qui résonnent longtemps, des petits moments de grâce qui feraient presque crier au génie, des ellipses qui en disent long… et cette impression tenace de lire une confession qui n’en est pas vraiment une. Je me suis accrochée, surprise il faut bien le dire de prendre du plaisir à cette écriture aride et très épurée qui donne néanmoins naissance à un beau portrait de femme.

 

Car Ces instants-là est le roman d’une éclosion, celui d’une femme qui se construit sur des ruines, apprend à faire des choix, à renoncer. C’est aussi le roman d’une renaissance que permet une entrée presque fortuite dans le monde des mots. La littérature comme bouée de sauvetage, l’écriture comme ultime combat. Et ça, oui, ça m’a parlé…

 

Que dire du coup…? Je ne saurais avoir un avis tranché sur ce roman qui pour certains sera une révélation et pour d’autres un véritable pensum. Peu familière de la littérature du Grand Nord, peu habituée à cette écriture de la lenteur, je peine encore à y trouver mes marques sans y être totalement hermétique. « L’expérience Wassmo », loin d’être un échec cuisant, me laisse tout de même un arrière goût amer…

 

 

Les avis de Clara, Cuné, Kathel, Margotte, Marion et Nadael

 

 

Premières phrases : « Elle glisse en arrière vers ce qu’elle ne sait pas. La rosée du soir s’élève des tourbières et du lac. Comme un souffle étranger. Rend tout irréel. Se dépose sur les tolets quand elle rame. La friction des avirons se fait lointains soupirs. »

 

 

Au hasard des pages : « Les romans requièrent des nuits longues. C’est pourquoi elle lit de la poésie, essentiellement écrite par des femmes. Se dit que la clef de l’énigme réside dans ce que des gens ont déjà décrit. Mais à des moments volés, elle cherche à tâtons ce qui est à elle. Le carnet de notes. Tentatives impuissantes de protester contre celle qu’elle est en passe de devenir. » (p. 169)

 

 

Éditions Gaïa (Septembre 2014)

398 p.

Traduit du norvégien par Céline Romand-Monnier

 

ISBN : 978-2-84720-433-9

Prix : 24,00 €

 

 

Matches PM

 

 

challengerl2014

 Challenge 6% Rentrée littéraire

chez Hérisson !

33/36

24 commentaires sur “Ces instants-là – Herbjørg Wassmo

  1. J’ai failli l’acheter la semaine dernière juste à cause de la couverture qui me plaisait… Je sais c’est un détail sans importance et c’est la raison pour laquelle je l’ai reposé… je crois que je vais en rester là pour le moment… peut être un jour reviendra-t’il vers moi …

    Bonne soirée Noukette

  2. Je suis en plein dedans (tu le sais) et j’avance aussi lentement que l’histoire, c’est dire. Pourtant je suis fan de littérature nordique (tu le sais) mais là, vraiment, j’ai beaucoup de mal.

  3. Eh bien tu vois, malgré tout, tu viens de me donner envie de lire ce roman. Comme quoi hein, les billets négatifs sont tout aussi importants que les autres. 🙂 Bisous ma Noukette.

  4. Une auteure incontournable pour moi et je le lirais forcément… Tu devrais lire Cent ans qui est superbe, et Dina qui est grandiose ;0) Je te souhaite une très bonne année Noukette, bisous

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *