Déshabille-moi – Mila Braam

Deshabille-mo.jpgLe mois dernier, je me suis méchamment fait taper sur les doigts par maîtresse Stephie pour avoir oublié le sacro-saint rendez-vous du premier mardi du mois… Mea culpa…

 

Du coup, je reviens aujourd’hui avec une histoire de culotte, oui mais pas n’importe quelle culotte messieurs dames, celle ci a déjà été portée par Liliba, qui l’a ensuite envoyée à Jérôme (moi qui pensait bêtement qu’il portait des caleçons…) qui me l’a ensuite très gentiment envoyée… Avant cela, cette culotte a également été essayée par l’irrégulière et Fée Bourbonnaise, rien que ça !

C’est vous dire si j’ai un peu tordu le nez quand j’ai vu arriver la chose… C’est que tout ça a l’air cochon comme tout… une culotte qui voyage, comme ça, de fesses et fesses… pas joli joli… N’étant pas à une expérience bizarre près, j’ai donc entamé ma lecture. Impressions à chaud.

 

Premier constat : c’est une culotte qui parle. Soit. A une certaine Célia, propriétaire numéro 1 de la dite culotte qui se trouve fort dépourvue au petit matin venu quand elle se rend compte qu’elle n’a plus une seule petite culotte de propre à se mettre sur le derrière… Pas question d’aller bosser toute la journée la patchole à l’air (amis du sud…). Heureusement, au petit bazar du coin, Célia déniche une petite culotte pas chère et toute moche avec un zouli p’tit hippocampe brodé sur le devant, ça dépanera. La journée se passe sans encombres, son copain Fred lui fait son affaire le soir même sans trop lui demander son avis (et tache la culotte qu’il n’avait pas pris soin d’enlever au passage…) et Célia oublie encore de faire tourner une machine ! Zut ! Pas grave, on remet la même culotte le lendemain… (Eurk…)

En chemin pour aller au boulot, Célia croise Justine, une amie (avec qui elle a fricotté à la fac…) qui va passer un entretien d’embauche, tellement stressée la copine qu’elle est partie de chez elle sans culotte avec une jupe ras la touffe en prime… Ce qui devait arriver (ou pas…) arrive : elle demande à Célia de lui prêter la sienne ! Ben voyons, faut pas se gêner !! Hop, échange de culotte dans les toilettes d’un café, et c’est reparti…

 

Bien. Pour lire Déshabille-moi il vous faudra donc accepter qu’une culotte vous parle. Et accepter aussi par la même occasion que la dire culotte ait une faculté de lire dans le passé sexuel, sensuel et amoureux de toutes celles qui la portent… Une culotte qui sait tout et connaît tous les secrets inavouables de ses propriétaires, qui enregistre toutes les sensations, les mémorise, et les restitue aux propriétaires suivantes donc. Soit.

Que dire… J’ai survolé cette lecture, pourtant très courte. Noté au passage quelques expressions pas banales, appris qu’on pouvait hululer en atteignant l’orgasme, qu’un gland pouvait luir d’impatience voire même tressaillir comme un oiseau blessé et qu’un homme pouvait débouler en vous comme des malfrats feraient irruption dans une banque. J’en ai profité pour réviser tout le champ lexical de la mer et suis maintenant incollable sur les fluides corporels et les odeurs en tous genres. Je me serais par contre bien passée d’apprendre que les fétichistes de la culotte sale sont légion et qu’elles s’échangent même en ligne à prix d’or. Pauvre monde…

 

Verdict ? Du grand n’importe quoi… et je pèse mes mots. L’histoire de la culotte magique ? Passe encore… Mais le reste ? Non, franchement, ni queue ni tête. Dégueu et sans intérêt aucun. Cela dit, cette culotte ayant la vocation de voyager, je le refile à qui veut…! A votre bon coeur…

 

Editions J’ai lu (Mars 2013)

157 p.

Lu en version numérique

 

 

Mardi c'est permisTous chez Stéphie !

Qu’avez-vous lu d’inavouable ce mois ci ?

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-deshabille-moi-mila-braam-119410254.html

10 commentaires sur “Déshabille-moi – Mila Braam

    • J’aime faire des retours fracassants, avec des titres inoubliables comme celui ci je crois que je bats tous les records !

  1. Et bien… pas à moi merci ! 
    Nan mais sérieusement, chaque fois que je lis un billet sur ce livre, j’en reste sans voix, ce qui n’est pas dans mes habitudes… 🙂
    Non mais surtout, l’idée de base est juste CRADE !!!!!!!!!!
    Bonjour les odeurs. Elle passe par combien de personnes ? Et elle ne retient rien si on la lave ??? AU point où elle en était, elle aurait pu ajouter ce détail et faire laver cette culotte non ?  

    • Non madame, elle doit être sale la culotte pour avoir la vison de toutes les cochoncetés qu’on pu faire ses différentes propriétaires… ! Je n’ose imaginer à quoi elle ressemble à la fin !

  2. Berk ! c’est toujours cette petite culotte qui circule ! J’espère que vous la lavez de l’un à l’autre !

  3. Si j’ai bien compris, tu proposes de refiler une culotte numérique, pas une culotte livre. Si c’est immatériel c’est déjà moins encombrant…
    Perso je ne me suis pas encore mise aux romans érotiques (sans doute à tort) mais si je devais m’y mettre je commencerai par du bon tant qu’à faire…
    sympa ton nouveau chez toi (ça ressemble à l’ancien mais en mieux!)
    bonne rentrée 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *