Le groupe – Jean-Philippe Blondel

le groupeJ’ai refermé ce dernier roman de Jean-Philippe Blondel avec une irrépressible envie d’écrire. Pas juste écrire comme je le fais ici régulièrement non, mais écrire pour moi. Pour me connaître un peu mieux peut-être. Écrire pour faire ressurgir ces choses enfouies, écrire pour se faire du bien, pour se révéler, qui sait…

 

Jean-Philippe Blondel offre à ses lecteurs un formidable roman sur l’acte d’écrire. Un roman qui dit la puissance de l’écriture, ce saut dans l’inconnu qui s’apparente à un saut dans le vide, ce lâcher prise qu’il faut réussir à accepter pour mettre en mots ce qui nous habite.

 

Qu’importe si le personnage de François Roussel, lui aussi professeur d’anglais et écrivain, est ou non un double ou un alter-ego de l’auteur. Qu’importe si ce roman raconte une expérience vécue ou non. Le fait est que l’on a tout de suite l’impression de faire partie de ce groupe. Léo, Émeline, Nina, Boris, Maxime, Valentine… et les autres. Ils sont dix élèves de Terminale à s’être inscrits à l’atelier d’écriture organisé par deux professeurs du lycée. Ils seront donc douze à se réunir une heure par semaine durant cinq mois dans une bulle où personne ne les jugera. Cinq mois où petit à petit les carapaces vont se fissurer, révélant les faiblesses, les secrets et les désirs de chacun. Cinq mois où l’écriture jouera son rôle de révélateur, dévoilant à chaque participant beaucoup plus qu’il n’aurait pu imaginer sur lui-même…

 

« On a tous été très secoués. Par toutes les histoires. Les fausses. Les vraies. C’est comme si nous avions été projetés à l’intérieur d’un film très réaliste. Comme quand on lit un roman et que, d’un seul coup, le monde extérieur cesse d’exister. [...] Dehors, il faisait presque nuit. Il fallait aller dans le froid à l’arrêt de bus, retourner chez nous, reprendre le cours de nos existences, tout en gardant au chaud toutes ces vies croisées l’espace d’un atelier, toutes ces intimités dévoilées – c’était plus que nous en étions capables. Nous voulions rester là, dans le lycée, à réfléchir et à nous parler. »

 

Ils sont hésitants, tâtonnent ou se lancent à corps perdu dans l’acte d’écrire. Ils se réveillent, doucement. S’affirment. N’ont rien à perdre. Ils sont beaux et émouvants, sincères et vrais. Ils s’observent, s’écoutent, se respectent. Ils se rassemblent dans un même élan et finissent par se ressembler.

Le roman de Jean-Philippe Blondel est une vraie pépite. De celles qu’on lit le sourire aux lèvres parce qu’on s’y retrouve, un peu, beaucoup. De celles qui se rapprochent au plus près de l’émotion que peut provoquer l’écriture,  et de ce qui se joue là, dans l’intimité des mots. De celles qui touchent à l’essentiel et offrent une vraie parenthèse de bonheur. J’ai adoré ♥

 

Une vraie pépite jeunesse pur jus que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque.

 

Les avis de Cuné, Faelys, Laure, Livresse des mots, Pépita et Saxaoul

 

Du même auteur sur le blog : 06h41Un endroit pour vivreLa coloc 

 

Éditions Actes Sud junior (Mars 2017)

Collection Roman ado

125 p.

 

Prix : 13,00 €

ISBN : 978-2-330-07552-1

 

pepites_jeunesse

18 commentaires sur “Le groupe – Jean-Philippe Blondel

  1. Oui, c’est une vraie pépite. Blondel réussit à nous parler de nous à travers de ce roman et ça, j’adore. Je me demande d’ailleurs s’il ne devrait pas être publié aussi dans une collection pour adulte.

  2. J’adore la thématique ! Je suis sûre que, comme toi, je serais prise d’une envie irrépressible d’écrire au sortir de cette lecture. Noté ! En plus je n’ai toujours rien lu de Blondel !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>