Le journal de Gurty – Bertrand Santini

Le journal de Gurty « Et voilà, fin de ma tranquillité… A chaque fois que les vacances d’été reviennent, c’est la même histoire, je dois me coltiner cette idiote de Gurty. Un été à supporter ses simagrées, un été à tenter d’éviter ses blagues de chien dégénéré, un été à l’entendre m’interpeller par ce sobriquet ignoble. Tête de Fesses, elle m’appelle Tête de Fesses… Et il n’y a qu’elle pour trouver ça drôle…! (Et que je n’en vois pas un rigoler là-bas, au fond…!)

 

Tête de Fesses… Moi je m’appelle Jean-Jacques, Jean-Jacques Caboufigue. Je suis chez moi ici, c’est mon coin, ma verdure, mon figuier. Et comme tous les chats, j’aime bien être peinard. Sauf que chaque été, je deviens le voisin de Gurty et de son maître bien-aimé Gaspard. Mais rassurez-vous, au nom de la sacro-sainte haine que doivent se vouer les chiens et les chats, nous nous détestons cordialement.

 

D’autant qu’elle passe son temps à traîner avec cet autre spécimen bizarroïde de sa race, Fleur. En voilà une qui n’a pas inventé l’eau chaude, elles font la paire, c’est moi qui vous le dis ! (Parait qu’il faut pas se moquer, pardon mais… moi je me moque, je sais, c’est moche!)

 

Et qu’est-ce que j’apprends ? Gurty se prend pour un écrivain. Rien que ça ! Madaaaaaame prend la plume pour raconter ses vacances. Sous le pseudonyme de Bertand Santini (celui qui a écrit Le Yark en plus, ben voyons !), madame écrit. Elle dessine même (promis, je ne ressemble pas du tout à ce qu’elle veut vous faire croire !). Franchement, qui donc peut s’intéresser à de telles bêtises ? Les vacances d’un chien en Provence (dans MA Provence !), qui donc va vouloir lire ça ? Personne. Pas moi en tous cas, elle me pourrit assez la vie avec sa bonne humeur maladive et ses blagues même pas drôles. Ça me suffit…!

Bon. N’empêche. Des vacances sans Gurty, ça n’aurait clairement pas la même saveur (ni la même odeur !)

 

PS : à bien y réfléchir, je me demande si je ne vais pas moi aussi me mettre à l’écriture. « Le journal de Tête de Fesses », ça en jette non ? Histoire de concurrencer un peu cette satanée Gurty dont les enfants raffolent. Rira bien qui rira le dernier…! »

 

gurty2

 

 

Le journal de Gurty, testé, lu (3 fois) et approuvé par grand fiston (mention spéciale pour les bonus extra drôles en fin d’ouvrage). Récupéré in extremis par sa maman qui, vous l’aurez compris, a un gros faible pour Tête de fesses le bien nommé…

Une lecture pétillante et revigorante partagée avec Jérôme, une lecture qui tranche un peu avec nos lectures habituelles du mardi mais qui mérite bien son étiquette « pépite » !

 

 

Les avis de Gabriel, Stephie et Za

 

 

Premières phrases : « Ding Ding Dong… Nous arrivons en gare d’Aix-en-Provence » a dit la voix du train.

Oh, mais ça ne prouvait rien ! La voix du train raconte souvent n’importe quoi. Elle prétend par exemple qu’on peut trouver d’excellents sandwiches au wagon-restaurant, mais c’est pas vrai, ils sont pas bons.

– Ça y est, Gurty ! On est arrivés, ma belle ! a bâillé Gaspard en s’étirant dans son fauteuil.

Gaspard, c’est mon humain à moi. Je l’aime trop. Il est gentil, joueur, fidèle – et quelle propreté ! Quand je suis née, il m’a prise dans ses bras et on ne s’est plus quittés depuis, sauf quand il va faire ses courses au Monoprix. »

 

Au hasard des pages : « Vous savez ce que j’ai vu, tout à l’heure ? J’ai vu Tête de fesses qui serpentait à travers les mauvaises herbes en serrant dans sa bouche un petit oiseau mort. Faut vraiment être idiot pour s’amuser à tuer des oiseaux.

Personnellement, je trouve ça nul, d’être idiot. Ça ne fait que compliquer la vie. Surtout celle des autres. Car si un chat peut se distraire de mille façons, un petit oiseau, lui, n’a qu’une vie.

Bien sûr, il arrive aux chiens de tuer un rat, un moineau ou un lézard à l’occasion d’un jeu qui tourne mal. Mais c’est très différent, voyez-vous ! Car après avoir tué quelqu’un, les chiens sont toujours tristes alors que les chats, eux, sont toujours contents. » (p. 74)

 

 

Éditions Sarbacane (Mai 2015)

Collection Pépix

140 p.

 

Prix : 9,90 €

ISBN : 978-2-84865-789-9

 

 

pepites_jeunesse

8 commentaires sur “Le journal de Gurty – Bertrand Santini

  1. Merci, Noukette, d’avoir donné la parole à l’accusation… Ou la défense, on ne sait plus ! Amitiés ! BS.

  2. Tu le tiens bien Tête de fesse dis donc 😉
    Et je comprends le point de vue de ce brave chat, elle est pénible Gurty quand elle s’y met !

  3. tu es géniale, quelle merveilleuse idée! J’ai terminé hier soir les aventures de Gurty. c’est frais, c’est léger et quand j’ai dit à mon grand qu’un personnage s’appelait « tête de fesses » forcément ça l’a attiré 🙂 Moi j’adore Fleur, trop trop choute.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *