le-petit-Guili.jpg

 

« Alors Léon devint cruel.

Très cruel

 

Plus il était méchant

plus il se sentait grand,

terriblement grand.

 

Debout sur son trône,

il changeait les lois selon son humeur.

 

Les animaux commencèrent

à avoir peur. »

 

 

Après son couronnement, Léon le petit roi change. Lui qui avait fait de grandes promesses se met à jouer au monarque inaccessible et insensible. Dehors, la colère monte…

Le roi, lui, n’en fait qu’à sa tête, déclare la guerre à son voisin, promulgue des lois insensées et interdit aux oiseaux de voler. Dehors, la révolte gronde…

 

Plus loin, Tiffany donne naissance à un petit oisillon qu’elle appelle Guili. Guili est drôle, maladroit, curieux et rempli d’innocence. Sa maman le comble d’amour et choisit de désobéir… Elle ne lui brisera pas les ailes.

Guili est libre… Et Guili s’interroge… Pourquoi Léon est-il roi puisqu’il est si méchant…? En un battement d’ailes, il s’empare de sa couronne et la dépose sur le premier animal venu…

 

Le-Petit-Guili.jpg

 

J’ai attendu un peu pour vous parler de ce dernier album de Mario Ramos, publié à titre posthume… Il m’a fallu le digérer… Difficile de se dire que cet album sera bel et bien le dernier. Difficile aussi de ne pas y chercher un « signe » de cette tragédie à venir…

J’ai d’abord été déroutée par cet album. Le propos y est plus sombre, le trait plus dur, les couleurs moins vives. Même si la patte de l’auteur est reconnaissable entre mille, l’ambiance est ici très différente des albums précédents. On y parle du pouvoir et de ses débordements, de son absurdité aussi… On y entrevoit la violence gratuite et le plaisir malsain qui en découle… On y parle de révolte et de liberté. On y parle de l’essentiel en somme. Est-ce la couronne qui fait le roi ? Doit-on accepter l’inacceptable sans sourciller ou au contraire se battre pour ce qui nous semble juste ?

J’aime à croire que l’auteur s’est représenté dans ce petit oiseau ivre de liberté… Ce petit Guili est en tous cas un album indispensable, intelligent et fort. Réellement marquant…

 

« Guili était curieux de tout et n’avait peur de rien.

Il aimait beaucoup faire rire ses amis avec ses pitreries. »

 

Les avis de Za et de La mare aux mots

 

Éditions École des Loisirs (Février 2013)

Collection Pastel

32 p.

 

 

Challenge Albums 2013

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-le-petit-guili-mario-ramos-116819580.html

Catégories : Albums

24 commentaires

Commentaire n°1 posté par Yosha · 6 avril 2013 à 10h20

Mario Ramos est mon auteur préféré pour les enfants, son humour, sa poésie, il sait parler aux enfants et à l’enfant qui est en chacun de nous… Celui-ci a l’air assez différent en effet, on se rapproche des univers de Thierry Dedieu ou Tomi Ungerer j’ai l’impression… En tout cas, il faudra forcément que je le lise.

    Noukette · 6 avril 2013 à 17h04

    Différent oui, avec une résonnance particulière… Mais c’est du Ramos, et du très bon ramos…!

Commentaire n°2 posté par jerome · 6 avril 2013 à 17h25

C’est vrai que le rapprochement avec Dedieu est bien trouvé (notamment avec l’album Va-t-en-guerre). En tout cas il est certain que ce dernier album de Ramos va bientôt arriver à la maison, impossible de faire l’impasse sur ce titre.

    Noukette · 7 avril 2013 à 23h26

    Il faut vraiment que tu le lises, il y aurait énormément de choses à dire sur cet album…!

Commentaire n°3 posté par lasardine · 7 avril 2013 à 10h29

quel beau billet!

    Noukette · 7 avril 2013 à 23h30

    Il a pourtant été assez dur à écrire…

Commentaire n°4 posté par cristie · 7 avril 2013 à 15h00

Tu en parles merveilleusement bien ! Je ne peux que le noter !

    Noukette · 7 avril 2013 à 23h32

    Mario Ramos… C’est le meilleur…!

Commentaire n°5 posté par Christian Bollier · 9 avril 2013 à 02h14

J’en etais sur !

Merci d’avoir accepté mon invitation.

Vos enfants et eleves doient etre tres heureux de vs avoir.

Quelles belles images/dessins de paix d’enfants preferez vous ? C pour decorer les ailes d’un oiseau-jouet-bionique pour un evenement bleu pour la paix, par les enfants et jeunes artistes…

Je vis en Asie depuis un an et viens en France ds un mois pr preparer MONACOLOGY 2013 (10-14 juin) a Monaco.

Ce lion me parle bcp

A bientot

    Noukette · 2 août 2013 à 14h11

    merci pour votre commentaire ! 😉

Commentaire n°6 posté par sarah · 9 avril 2013 à 11h59

Je ne connais pas Mario Ramos, en fait… Mais ce que tu dis de cet album me donne furieusement envie de le découvrir.

Les mots que tu mets sur tes sentiments de lecture me font un drôle d’effet, car ce sont les mêmes que ceux que je peux écrire quand je lis les livres de Pierre Bottero. Difficile de se dire qu’il n’y aura plus de belles découvertes.

    Noukette · 10 avril 2013 à 23h47

    Mario Ramos était un illustrateur jeunesse de grand talent… Ses histoires ont bercé mes enfants depuis leur plus jeune âge, sa disparition est une grande perte… Tu as plein de titres à découvrir de ce grand monsieur, ses détournements de contes sont un vrai régal…!

Commentaire n°7 posté par Fransoaz · 11 avril 2013 à 21h34

J’ai des frissons à te lire… C’est surement avec beaucoup d’émotion que je lirais le dernier Ramos. On peut compter sur les enfants pour faire vivre ses histoires longtemps encore.

    Noukette · 15 avril 2013 à 23h52

    Oui, on ne risque pas de l’oublier de sitôt notre Mario… Hâte de lire ton avis…!

Commentaire n°8 posté par titoulematou · 17 avril 2013 à 16h56

j’adore mario ramos et ce livre aussi . il faut vraiment le découvrir, quel dommage qu’il soit mort si jeune …

    Noukette · 22 avril 2013 à 23h58

    Oui, c’est une grande perte pour le monde de la littérature jeunesse… Tellement inattendu… Reste à lire et à relire ses albums..!

Commentaire n°9 posté par Tiphanya · 17 avril 2013 à 17h04

En le lisant, je me suis demandée si Mario Ramos ne cherchait pas à prendre une nouvelle direction dans son travail, tellement il est différent de tous les autres albums. Malheureusement on ne le saura jamais et Le petit guili donne une sensation d’inachevée (non pas en tant qu’album, mais en tant qu’élément dans une bibliographie générale).

    Noukette · 22 avril 2013 à 23h59

    Je comprends ce que tu veux dire… Personnellement, j’ai eu en le lisant la désagréable impression d’y lire la tragédie à venir… Très curieux…!

Commentaire n°10 posté par sarah · 20 avril 2013 à 02h09

Raah, sérieux, il détourne les contes?

Je suis en plein dans les réécritures des contes avec mes Première L! Tu aurais des titres à me conseiller?

Moi qui viens de cliquer pour une commande amazon…

    Noukette · 23 avril 2013 à 00h02

    J’en ai chroniqué pas mal sur le blog… Cela dit, je vois mal comment tu pourrais travailler avec des lycéens sur ses albums… mais pourquoi pas après tout ? 😉

Commentaire n°11 posté par sarah · 25 avril 2013 à 19h15

Oh, si , j’ai une idée.

Evolution de la place de l’illustration, des vignettes présentes au Moyen Age, aux illustrations des albums pour enfants, en passant par les grandes planches de Gustave Doré. Plus ça va, plus l’illustration prend de place. Et l’illustration de Doré est déjà une réécriture en soi. Alors pour les albums, ça peut être pareil.

J’ai fouiné sur ton blog et sur le net, je leur ai suggéré de lire Le code de la route et le plus malin, qui sont des réécritures du Petit Chaperon rouge, dont on a étudié différentes versions.

Et en fait, je le connaissais, Mario Ramos. J’ai lu plein de trucs de lui à Simon. On se marre avec le loup qui s’adresse aux trois petits cochons « alors, les petits gros, encore à gambader dans la forêt pour perdre du poids? »; mais je n’avais jamais fait le rapprochement!

 

    Noukette · 8 mai 2013 à 00h01

    Tu peux tout lire de Mario Ramos, je doute que tu sois déçue ! Tes élèves en ont pensé quoi alors…?

Commentaire n°12 posté par sarah · 9 mai 2013 à 21h00

Je te dirai ça dans quelques jours, c’était leurs lectures conseillées des vacances!!!

    Noukette · 11 mai 2013 à 00h01

    Tu es une prof parfaite !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *