Les grandes jambes – Sophie Adriansen

grandes jambes

Dans la cour du collège, les paires d’yeux sont des mitraillettes. Aucune faute de goût ne passe inaperçue. Les jugements sont immédiats, les conclusions définitives. Les blagues fusent, souvent gratuites, parfois cruelles. Je suis désormais habituée aux « sauterelle », « grande perche », « girafe ». Heureusement que je ne m’appelle pas Sophie ! »

 

A l’adolescence, Marion a poussé comme un champignon, beaucoup trop vite. Dans la jungle du collège, difficile de passer inaperçue avec ses grandes guiboles, d’autant que trouver des pantalons à sa taille relève du parcours du combattant. Non seulement elle dépasse une grande partie de ses camarades de classe mais elle arbore à son grand désespoir un look de pêcheur de moules : ses jeans lui arrivent tous au-dessus des chevilles et dévoilent ses chaussettes…  Difficile dans ces conditions d’avoir confiance en soi quand le reflet renvoyé par le miroir de correspond pas aux « normes ». Encore plus difficile d’attirer le regard du beau Grégory…

 

Obsédée par les proportions et l’extrême diversité des corps humains, Marion se sert de ses différentes observations dans ses cours de dessin auxquels elle se rend le mercredi soir. Des connaissances et un talent qui lui seront d’une grande utilité quand un projet de classe l’emmènera à étudier l’école flamande. Un exposé sur La Ronde de Nuit de Rembrandt, un voyage scolaire à Amsterdam pour visiter le Rijksmuseum et la maison d’Anne Frank, une passion partagée… seront l’occasion pour Marion de prendre enfin confiance en elle, de relativiser l’importance des complexes qui lui bouffent la vie et, peut-être, de se rapprocher de Grégory…

 

« L’art n’est pas la vraie vie, d’accord ;

mais contrairement à ce que je croyais, l’art peut changer le présent. »

 

Le nouveau roman de Sophie Adriansen est une réussite. Son héroïne est criante de vérité, rongée par ses complexes, obnubilée par sa taille, elle souffre du regard des autres et vit très mal les difficultés qu’elle a à s’habiller. Le problème pourrait paraître anodin voire anecdotique, il ne l’est pas pour l’adolescente qui cherche par tous les moyens à se fondre dans la masse pour être enfin « normale ».

Le « plus » de ce roman qui aborde des thématiques adolescentes qu’on rencontre souvent en littérature jeunesse (l’identité, les complexes, l’image et l’estime de soi…) tient dans l’originalité de son traitement et cette capacité de l’auteure à donner de l’importance à des thèmes apparemment sous-jacents. Ce voyage à Amsterdam ouvre de nombreuses portes à l’héroïne mais aussi au jeune lecteur qui s’intéressera sans s’en rendre compte à l’Art dans ce qu’il a de plus pur et de plus beau. Remarquables, les passages évoquant la peinture ou se déroulant au sein du musée sont d’ailleurs parmi les plus beaux du roman, difficile après les avoir lus de ne pas avoir envie d’en savoir plus sur Rembrandt, difficile aussi de ne pas ressentir la passion de l’auteure qu’elle sait si bien retransmettre. La petite parenthèse sur Anne Frank est elle aussi très émouvante…

 

Les grandes jambes… Ou comment l’Art et l’Histoire peuvent transformer le regard sur sa propre vie d’une jeune fille au départ centrée sur elle-même… A découvrir !

 

Une nouvelle pépite jeunesse à glisser dans toutes les mains que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque…

 

Les avis d’Antigone et de Fanny

Le blog de Sophie Adriansen

 

Et j’y suis. Moi, toute petite, face au tableau monumental. Le grand œuvre de Rembrandt. Nous voici en tête à tête. j’ai tellement attendu ce moment !

Après avoir considéré la toile dans son ensemble, je me laisse absorber par ses dimensions impressionnantes. Je franchis le sobre cadre de bois sombre, je plonge à l’intérieur, je fouille chaque recoin. Je suis dans cette rue, je me promène entre ces gens, les miliciens et les autres, je joue avec ces enfants, je les touche des yeux. Ils parlent une langue que je comprends. Nous communiquons. je ris avec eux. Ils rient avec moi (…) J’entends même la musique, et je sens la poudre qui s’échappe des canons des fusils. le bruit du musée a totalement disparu. »

 

Éditions Slalom (Juin 2016)

124 p.

 

Prix : 10,90 €

ISBN : 978-2-37554-002-2

 

 

pepites_jeunesse

14 commentaires sur “Les grandes jambes – Sophie Adriansen

  1. J’ai très envie de le lire et de partager cette lecture avec mon fils, qui arrive à un moment de l’existence où beaucoup de questions se bousculent, qu’il faut gérer avec le regard des autres, et son propre regard de pré ado… Je note avec soin le titre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *