L’incendie – Antoine Choplin / Hubert Mingarelli

L'incendieC’est une histoire à deux voix. Une histoire d’hommes, unis, puis désunis, qui tentent de se rejoindre, enfin…

 

C’est l’histoire d’une guerre. Injuste comme toutes les guerres. Une guerre qui fera de multiples dommages, visibles ou non…

 

C’est l’histoire d’une tragédie qui se dévoile doucement, au fil des lettres que s’échangent Jovan et Pavle suite à ces retrouvailles qu’ils n’attendaient plus. Une histoire de rancœur et de culpabilité, marquée au fer rouge dans le cœur des deux hommes…

 

On entre sur la pointe des pieds dans ce récit singulier et minimaliste écrit à quatre mains par Antoine Choplin et Hubert Mingarelli. Rien n’est donné d’emblée, au lecteur d’avancer à l’aveugle et de reconstituer peu à peu le fil des évènements qui hantent encore les deux anciens amis ayant combattu côte à côte lors de la guerre en ex-Yougoslavie. Beaucoup de non-dits, beaucoup de silences, beaucoup de retenue… parfois quelques petits arrangements avec la réalité et des mensonges salvateurs. Certaines choses sont dures à dire… et pas plus faciles à entendre. Aux consciences de l’un et de l’autre de faire le reste.

 

 

« Des choses s’effacent, voilà.

Et d’autres apparaissent et maintenant ce sont elles qui comptent. »

 

 

J’aime Antoine Choplin, je découvre Hubert Mingarelli… et la rencontre est belle. Les voix de Jovan et de Pavle s’élèvent, discrètes, pudiques. Elles lèvent un pan du voile, puis un autre et laissent peu à peu éclater une vérité bien sombre mais attendue. Un récit court comme je les aime sur l’amitié et la rédemption. A lire…

« Regarder le monde comme il est, ce n’est pas si facile mais surtout, je me dis que ce n’est qu’une occupation parmi toutes celles qu’on peut avoir. Je trouve que c’est bien aussi de regarder le monde comme il pourrait être, ou comme on voudrait qu’il soit. Et c’est bien aussi de ne rien regarder du tout. »

 

 

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec Jérôme et Valérie

 

 

Premières phrases : « Puerto Madryn, le 10 août.

Jovan,

Je suis rentré hier. Comme ce voyage est long. J’étais fatigué et un peu désorienté, mais très content de t’avoir revu, et j’ai l’impression que tu l’étais aussi. Ca m’a fait du bien de parler avec toi, et de me souvenir avec toi de Branimir, même si nous n’avons pas eu beaucoup de temps pour le faire.

Je te joins mon adresse, mais ne te sens pas obligé de me répondre. Ne t’en fais pas. J’avais simplement envie de te dire que te revoir m’a fait du bien. Je te souhaite de continuer à être en forme. Il m’a semblé que tu l’étais.

Bien à toi, Jovan.

 

Pavle. »

 

Au hasard des pages« Les premiers temps après la guerre, je n’arrivais plus à vivre normalement. C’est curieux comme il me semblait avoir perdu l’instinct de la marche, son rythme, jusqu’à l’équilibre des fois. Et la fatigue venait en moins de deux. Plus tard, je me suis demandé si ça n’avait pas à voir avec les pas de cette nuit-là.

Je marche de nouveau, comme tu le sais. Mon pas ici, dans les rues de Belgrade, a retrouvé de l’assurance. Et en même temps, je sens bien comme il gardera toujours sa part fragile et misérable. » (p. 71-72)

 

 

Éditions La fosse aux ours (Janvier 2015)

80 p.

 

Prix : 13,00 €

ISBN : 978-2-35707-060-8

 

 

Challenge-rentrée-dhiver-2015-150x149

16 commentaires sur “L’incendie – Antoine Choplin / Hubert Mingarelli

  1. Je l’ai presque terminé et je retrouve la voix des deux écrivains que j’aime, leur écriture simple mais qui va à l’essentiel, sur fond d’histoire terrible.

    • Tu vas y retrouver tout ce que tu apprécies déjà de ces deux auteurs je pense. Si tu arrives à repérer « qui » fait « qui », je veux bien de tes lumières ! 😉

  2. Je suis très tentée car je viens de découvrir Hubert Mingarelli par le biais de son roman « La route de Beit Zeira » qui vient de sortir et j’ai eu un gros coup de cœur !

  3. Comme toi, je connaissais la plume d’Antoine Choplin et cette plume m’a permis de découvrir un auteur qui lui semble proche. C’est une très belle découverte, ce roman à quatre mains.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *