Tout foutre en l’air – Antoine Dole

Tout foutre en l'airSe lancer à cœur perdu dans ce nouveau texte d’Antoine Dole et y retrouver instantanément cette voix qui me touche tant…

S’y replonger encore il y a quelques jours et y trouver un refuge inattendu. Se surprendre à y lire un message d’espoir qui résonne de façon très particulière aujourd’hui. Se dire que, oui, la littérature s’y entend à merveille pour panser les blessures et dire l’intime…

 

Tout foutre en l’air. Fuir, partir, tout envoyer valser. Cette tentation du vide et de l’oubli, cet irrésistible attrait pour le néant. Le faire. Prouver qu’on peut le faire. Pour leur faire comprendre à tous, enfin. Et faire entendre sa voix, une dernière fois…

 

Avec lui, elle est prête à tout, le suivre n’importe où, jusqu’au bout, même s’il n’y a pas d’après. Leurs solitudes se sont trouvées, se font écho. Et ensemble, ils vont le faire…

 

Antoine Dole est un surdoué des mots. Son écriture me fascine et me touche en plein cœur. Tout foutre en l’air est un diamant brut. Un texte incarné, écorché, à fleur de peau qui nous plonge dans un véritable guets-apens émotionnel. Un texte qui ne se dérobe jamais, vibrant, vivant. Et puis toutes ces phrases, que j’ai lues et relues, qui ne cessent de tourner en boucle dans mon esprit… Cette écriture de l’urgence, cette formidable rage de vivre, cette beauté hypnotique…

J’ai retrouvé dans ce texte tout ce que j’aime chez Antoine Dole, ce côté habité, cette fébrilité dans l’écriture, cette fragilité discrète qui affleure derrière chaque mot, même ceux qui cognent, qui mordent et qui font mal… Sa voix me parle comme aucune autre. Et encore une fois, je suis bluffée. Touchée, coulée…

 

Un coup de cœur que je ne pouvais que partager avec Jérôme

 

L’avis de Lael

Le blog de l’auteur

 

Du même auteur sur le blog : A copier 100 foisCe qui ne nous tue pasJe reviens de mourir

 

 

Premières phrases : « Toutes ces choses qu’on dit qu’on fera et qu’on ne fait jamais. Idées qu’on lance en l’air, promesses à soi-même qu’on sait déjà qu’on ne tiendra pas. Et dans le ventre, comme un vide qui grandit à force d’ingurgiter des pensées creuses : des prétextes, des excuses, tous ces mensonges à soi-même et ceux qu’on fait aux autres. Leurs « Ça va ? » qui ne déclenchent plus rien que des « Oui bien, et toi ? quand le dedans veut se vomir. Sauf que cette fois, oui, « cette fois » on se dit que ce sera différent. Pour se prouver que la douleur est palpable, qu’elle n’est pas dans notre tête. Pour leur prouver à tous, leur prouver qu’ils ont eu tort de douter, de ne pas y croire, de ne pas vouloir voir. »

 

 

Au hasard des pages : « Jusqu’à maintenant, j’avais la sensation de n’avoir plus que de la neige à l’intérieur. Flocons glacés sous la peau. Je peine à contenir les frissons quand mon givre commence à fondre loin sous la pulpe de ses doigts. Il me sourit. Depuis que je l’ai rencontré, le froid ne cesse de reculer au-dedans, comme si des siècles de saisons mortes avaient vu naître un soleil. Doucement, le corps se met à irradier d’une onde tiède. Je cours plus vite. Je ne veux pas faire marche arrière, je ne veux pas rentrer à la maison. Ma main serre la sienne plus fort encore quand il me murmure « Va-y, suis-moi ». Et moi, sans rien dire, je suis ses pas dans la nuit noire, nos ombres se confondent dans une ombre plus grande encore. Flaque d’obscurité, comme une nuit liquide. Sauf que j’y vois clair, dans mon cœur il fait jour. » (p. 12-13)

 

 

Éditions Actes Sud Junior (14 Janvier 2015)

Collection D’une seule voix

72 p.

 

Prix : 9,00 €

ISBN : 978-2-330-03891-5

 

 

Challenge-rentrée-dhiver-2015-150x149

17 commentaires sur “Tout foutre en l’air – Antoine Dole

  1. Ce que j’aime quand tu adores un texte, c’est que tu trouves toujours les jolis mots pour le dire. Ce billet là ne fait pas exception à la règle. Et je suis plus que ravi de partager cette lecture avec toi, j’y tenais énormément, tu t’en doutes ;)

  2. Il faut déjà que j’écrive mon billet sur : Je reviens de mourir avant d’attaquer : K cendre. Je verrai pour celui-ci plus tard (besoin de reprendre mon souffle entre chacune de ses oeuvres) ! ;-)

  3. Je viens de le lire et de le chroniquer alors je fais le tour des copines pour (re)lire les avis. Mon avis est aussi très positif mais l’épilogue m’a dérangée, j’ai trouvé qu’il cassait un peu le rythme.
    Mais la plume était tellement belle que me voilà gagnée à la cause d’Antoine Dole, indiscutablement !
    Des gros bisous
    Cajou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>