abier

 

Six balles dans le corps à bout portant… De sang-froid.

 

Trois ans après Axelle attend de pouvoir parler à l’assassin de son frère. Dans ce parloir sinistre, alors que son cœur s’accélère et qu’elle peine à trouver son souffle, elle va enfin pouvoir se confronter à lui, regarder en face celui qu’elle avait fui du regard pendant toute la durée du procès. Pour comprendre. Tenter d’avancer. Pardonner peut-être, qui sait… 

 

Bastien était le meilleur ami de Martial. Mais il n’a pas hésité. Six balles, six… Dans quelques minutes, il sera en face d’elle. Peut-être qu’elle saura alors ce qu’il lui a écrit dans cette lettre qu’elle n’a jamais osée ouvrir…

 

Il n’y a pas à dire, le format court sied à merveille à Gilles Abier (à lire si ce n’est pas déjà fait La piscine était vide, Un de perdu et Comment je me suis débarrassé de ma mère)… Cette collection proposant aux adolescents des titres courts, forts et percutants « pour réfléchir, comprendre, s’émouvoir, se libérer » lui va comme un gant. Plongé dans les pensées de la narratrice, le lecteur perçoit sa colère, sa haine et son mal-être. La voix d’Axelle est d’une grande justesse, partagée entre la douleur immense, l’incapacité de faire son deuil et la nécessité d’avoir des réponses. Quel qu’en soit le prix…

 

Gilles Abier joue avec les silences et les non dits, avec nos nerfs aussi. Lentement, le portrait du frère assassiné se dessine en même temps que celui de son assassin. En même temps que l’héroïne, le lecteur découvre les zones d’ombre de ce sordide fait divers, se rend compte de la personnalité ambivalente de Martial, devine les motivations d’un geste qui apparait comme désespéré…

 

Quel plaisir de retrouver la plume de Gilles Abier..! Peut-être moins mordante et acide que dans certains titres de l’auteur qui provoquent ou prennent littéralement aux tripes mais tout aussi percutante et subtile. Dans Je sais que tu sais elle explore avec justesse les affres de l’âme humaine, sondant la psychologie de personnages plus complexes et troubles qu’il n’y parait… Et si la fin peut paraître à première vue expéditive, elle n’en est pas moins la seule qui ait du sens…

 

Un titre qui marque et une nouvelle pépite jeunesse que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi (ou presque…)

 

 

Les avis de Livresse et Nadège

 

 

Premières phrases : « J’ai les mains moites. J’ai beau les frotter à plat sur mon jean, elles suent, elles suintent. Je ne suis pas quelqu’un qui transpire pourtant. Je peux danser une heure, courir vingt minutes, buller sous deux couettes, je reste au sec. Ça énervait mon frère d’ailleurs. Mon côté « poupée de porcelaine », comme il disait, jamais chiffonnée. Le teint frais. La tenue impeccable. Une vraie princesse, quoi ! Mais ça, c’était avant.
C’était quand il était encore vivant. Aujourd’hui, j’ai le nez percé, le regard fatigué et le vide au ventre. »

 

 

Au hasard des pages : « Il en faut de l’énergie pour vivre de rage et d’amertume. Je parie que les gens se tuent non pas pour arrêter ce combat compulsif qui les anime, mais parce qu’ils se désolent de ne plus avoir assez de force pour le mener. Ça maintient debout la haine, ça aide à se lever le matin, ça permet d’affronter le bonheur des autres, même si ça use, même si ça bouffe, même si ça détruit.

Je n’aime pas celle que je vois dans le miroir de la salle de bains. Elle m’est inconnue. Ce n’est pas moi. Ce n’est plus moi. » (p. 58)

 

 

Éditions Talents Hauts (Février 2016)

Collection Ego

96 p.

 

Prix : 8,00 €

ISBN : 978-2-36266-142-6

 

 

pepites_jeunesse


25 commentaires

Petite noisette · 29 mars 2016 à 08h18

Il me fait très envie!

luocine · 29 mars 2016 à 10h43

comme je comprends la démarche de l’héroïne , un beau sujet de roman !

Alex-Mot-à-Mots · 29 mars 2016 à 10h57

Un auteur qu’il faut que je découvre, alors.

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h07

    Avant de le faire découvrir à tes élèves oui 😉

Deedoux · 29 mars 2016 à 12h12

Et bien, et bien, ton billet donne envie. J’ai beaucoup aimé La piscine était vide. Du coup, je vais surement me lancer dans celui-ci ! Merci;

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h08

    Gilles Abier excelle dans le format court, tu devrais aimer ! 😉

Framboise · 29 mars 2016 à 12h30

Un ptit baiser en passant 😉
C’est toutafé mon genre de lecture !

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h09

    Je confirme ! A conseiller aux ados qui gravitent autour du pavillon ! 😉

Jerome · 29 mars 2016 à 12h44

Clairement un de nos auteurs chouchous. Il faut dire qu’il ne nous a jamais déçus jusqu’alors.

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h11

    Un habitué du rendez-vous des pépites oui, tellement logique vu la qualité de ses titres ! 😉

Pépita · 29 mars 2016 à 18h29

repéré celui-là aussi…
dans ma liste du coup, il m’intrigue…
Je suis de votre avis : Gilles Abier écrit à merveille sur les affres de l’âme humaine. Du grand art.

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h11

    Du coup, on piste tous ses titres, tu penses ! 😉

krol · 29 mars 2016 à 20h31

Et dire que je ne connais pas cet auteur jeunesse…

Fanny/ Pages versicolores · 30 mars 2016 à 07h40

J’ai adoré « La piscine était vide » d’ailleurs je l’ai beaucoup travaillé avec mes élèves, et chaque fois c’était bouleversant!

C’est donc avec plaisir que je lirai ce nouveau Abier!

Nadael · 30 mars 2016 à 11h34

J’ai très envie de retrouver sa plume!

Moka · 30 mars 2016 à 15h27

Hum. Un roman qui pourrait tout à fait trouver sa place au milieu de mes livres.

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h14

    Et que tes trolls pourraient bien apprécier ! 😉

manU · 30 mars 2016 à 21h19

Encore un avis convaincant !

    Noukette · 31 mars 2016 à 23h15

    Et il y en aura encore des tas d’autres j’espère ! 😉

Je sais que tu sais – Gilles Abier | Les mots de la fin · 29 mars 2016 à 18h59

[…] Lire les avis de Jérôme et Noukette […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *