La piscine était vide

 

 

« Ça y est, c’est officiel, je ne l’ai pas tué ! Le verdict est tombé, je suis acquittée.

 

J’ai envie de crier, de crier et de pleurer. De pleurer de joie. Mais je ne peux pas. Entre mes larmes, je vais sourire. Et sa mère est là qui me regarde. Ses yeux ne m’ont pas quittée de tout le procès. Alors je reste là, droite sur ma chaise, le visage impassible, tandis que mes parents se jettent sur moi, délirants de bonheur.

 

Je m’appelle Célia, j’ai seize ans et j’étais accusée d’avoir tué Alex.

 

Son fils. Mon mec. »

 

Dès les premières lignes, le lecteur pense savoir où il met les pieds. Une histoire sordide qui finit « bien » par l’acquittement d’une innocente. C’est sans compter sur le talent de Gilles Abier… Un long monologue, celui de Célia, la vie brisée par un accident aussi banal que dramatique qui aura coûté la vie à son amoureux et lui aura détruit la sienne, la privant de sa liberté, de son insouciance et de son avenir. Un corps qui bascule sans bruit, une piscine vide tâchée du sang d’Alex, le silence et l’incompréhension de Célia, les cris déchirants d’une mère qui a « tout vu » et accuse la jeune fille d’avoir tué son enfant…

 

Un accident. La prison. Un procès. L’acquittement. Et vivre avec. Vivre sans. Sans Alex. Pour la vie… Et la vie n’efface rien… « Une vie foutue mais une vie à vivre »

Elle est comment la vie après ça ? Bancale, pleine de vide, pleine de l’absence. Faire le deuil des instants magiques, revivre sans arrêt la scène de la rencontre, les débuts d’une belle histoire, l’intimité partagée. Se souvenir du regard accusateur d’une mère effondrée. Et culpabiliser d’être encore là.

 

Le texte de Gilles Abier est un coup de poignard. On en ressort profondément secoué, subjugué par une telle maîtrise. Le monologue de Célia est sincère et poignant, plein de remords et de regrets, plein des non-dits d’une histoire qu’on croit connaître, plein d’amour aussi. A la joie d’être acquittée et enfin reconnue innocente se mêlent la douleur et la violence de la perte, immuables…

La toute fin est admirable et inattendue. Elle laisse sans voix aussi. Et donne envie de tout relire, tout de suite, depuis le début, pour s’emplir encore une fois de cette voix qui transperce. Bluffant !

 

 

Une lecture choc que je partage une nouvelle fois avec Jérôme pour notre rendez-vous du mardi.

 

Les avis de Cathulu, Laure, Marylène, Maryline

 

 

Dans la même collection : Ma tempête de neige de Thomas Scotto – Ma nuit d’amour de Frédérique Deghelt – Pas couché de Cathy Ytak

 

Du même auteur sur le blog : Un de perdu

 

Le blog de Gilles Abier

 

 

Au hasard des pages : « Parce qu’il était tout pour moi. Et y avait rien de pire que de ne pouvoir penser à lui sans avoir en tête une autre image que son corps étendu sur le carrelage. Une image à jamais gravée dans ma tête. Alors que c’était son regard que je voulais me rappeler. Son regard doux qui m’enveloppait et qui me manquait tant. Quand ses petits yeux se posaient sur moi, j’avais carrément une boule à l’estomac. Une boule désagréable et chaude à la fois. Quand son sourire illuminait son visage, quand ce sourire était pour moi, j’étais folle de joie, et je me retenais pour ne pas lui répéter des dizaines de fois combien je l’aimais. Parce que, oui, je l’aimais, je l’aimais pour la vie. Et aujourd’hui, il est parti. Et aujourd’hui je voudrais pouvoir l’oublier pour avoir moins mal. Et aujourd’hui je ne voudrais surtout pas l’oublier. Que jamais il me quitte. Je l’aime, madame, votre fils. Je l’aime tellement fort… » (p. 54-55)

 

 

Éditions Actes Sud junior (Février 2014)

Première édition Février 2008

Collection D’une seule voix

58 p.


42 commentaires

Cajou · 8 juillet 2014 à 00h35

Oh punaise de punaise de punaise de punaise : je veux le liiiiiiiiiiiiiiiiiire !
Merci Noukette pour la découverte <3

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h41

    Mais j’espère bien que tu vas le lire ! Toute cette collection regorge de pépites, fonce ! 😉

Cajou · 8 juillet 2014 à 00h51

Hop commandé 😀 😀 😀 (oui oui j’avais VRAIMENT très envie de le lire, et puis certainement de le partager avec mes élèves ^^)

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h41

    Rhooooooo, tu n’as pas trainé ! Je guette ton avis !

Sandrine · 8 juillet 2014 à 07h40

Oh là là, encore un livre à noter !
Passe une bonne journée.

franfran · 8 juillet 2014 à 08h13

rhooooo com ça donne envie et puis j’adore cette édition (ai lu « le ramadan de la parole  » une pure merveille et « pas couché » … ) bref bref vais me l’offrir hein !
merci ma copine …
t’embrasse fort <3

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h43

    Une collection co-dirigée par la grande Jeanne, tu ne peux qu’aimer ! Il faut que tu lises Ma tempête de neige de Thomas Scotto aussi, tu devrais adorer !

keisha · 8 juillet 2014 à 09h15

Avec Jerôme, vous avez de belles trouvailles!

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h43

    Pour l’instant ce sont des bonnes pioches oui !

saxaoul · 8 juillet 2014 à 09h39

Cette fin m’intrigue !

mokamilla · 8 juillet 2014 à 09h45

Encore un texte plein de promesses… Je ne suis pas étonnée. Je l’ajoute à mon petit carnet…

Marion · 8 juillet 2014 à 11h13

Décidément, cette collection semble très prometteuse. J’ai noté chacun des titres chroniqués par toi et Moka.

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h46

    Cette collection a été crée par Jeanne Benameur, tu penses bien que j’y suis très attachée… Dernièrement, ils ont réédité des anciens titres avec des nouvelles couvertures plus actuelles, l’occasion de les redécouvrir ! 😉

Cess · 8 juillet 2014 à 11h50

Rien que ton billet me donne les larmes aux yeux ! C’est noté je vais aussi me l’acheter.
J’attends que tu lises « Le faire ou mourir ».
comment ça j’insiste ?

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h47

    🙂
    Je vais essayer de me prévoir cette lecture pendant l’été, promis…

jerome · 8 juillet 2014 à 13h00

C’est bluffant oui, et incroyablement bien mené en si peu de pages. Une vraie claque !

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h47

    Oui, c’est bluffant ! Va falloir fouiller un peu du côté de cet auteur !

Livresse des Mots · 8 juillet 2014 à 14h22

Quelle puissante chronique, j’en ai eu des frissons… !! Je vais le commander immédiatement !!

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h48

    J’espère que ce texte te touchera autant qu’il m’a touchée !

Valérie · 8 juillet 2014 à 15h13

On commence à beaucoup parler de ce roman. Vient-il d’être réédité?

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h49

    Oui, la collection D’une seule voix dirigée par Jeanne Benameur existe depuis assez longtemps mais en ce moment ils ressortent d’anciens titres avec des couvertures « relookées » plus modernes. Que des pépites !

manU · 8 juillet 2014 à 18h47

Terrible, terrible, terrible…

Deedoux · 8 juillet 2014 à 19h17

J’avais très envie de le lire. Oui, après avoir lu ta critique, rien ne pouvait m’arrêter. Ma PAL est pourtant TRES bien remplie mais tant pis! Coup de chance, les rayons de la médiathèque l’avaient, un trajet en train et j’ai découvert Célia et son histoire. Très bien maitrisé avec une fin incroyable. Bravo à l’auteur! Et bravo à toi de donner tant envie!

    Noukette · 9 juillet 2014 à 12h51

    Je suis ravie, vraiment, que tu aies eu envie de découvrir ce titre après mon billet…! Ravie aussi que tu aies fait une belle découverte !

Anne Sophie · 8 juillet 2014 à 22h28

Que lire d’autre après un tel billet à part que j’ai très envie de le lire et de me le procurer au plus vite ? Un grand merci !

L'or rouge · 9 juillet 2014 à 15h16

C’est tout à fait le style de littérature jeunesse que j’aime… Mais 58 pages, ça fait court ;0) Presque une nouvelle, non ?!!

    Noukette · 9 juillet 2014 à 18h27

    C’est le principe de cette collection, des textes courts, à lire d’un souffle, des textes à dire, à lire à haute voix aussi… Ce sont toujours des monologues d’adolescents, et ça percute, fort !

lasardine · 9 juillet 2014 à 22h01

très certainement mon prochain achat!

Kidae · 10 juillet 2014 à 21h59

Il est à la médiathèque !!! Je le note de suite pour mon prochain passage :-).

Edelwe · 24 juillet 2014 à 20h55

J’ai adoré ce roman! et la fin est … On reste sans voix!

Vos billets les plus tentateurs de Juillet et Août | L'or rouge · 19 septembre 2014 à 16h51

[…] La piscine était vide chez Noukette et Jérome […]

En quelques mots – 7 – Mille et une Frasques · 2 janvier 2015 à 07h52

[…] qui nous gifle et montre le brio de l’auteur. Je vous renvoie aux billets de Jérôme et Noukette, of […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *