Dans les dents ! Une vie d’ogre – Denis Baronnet / Gaëtan Doremus

dans les dents

« Petit Georges commença sa carrière d’ogre assez tôt, vers neuf ans, en mangeant sa petite soeur, Clotilde, âgée de quelques mois. Avant cet incident fondateur, Petit Georges était considéré comme un enfant joyeux, sympathique et sans problème. Il était extrêmement gourmand mais personne n’y voyait à redire et, même, sa gourmandise faisait la joie de son entourage, de sa mère en particulier. Rien ne réjouissait plus Plectrude, la maman de Petit Georges, que de voir son fils dévorer et celui-ci n’en mangeait qu’avec plus d’appétit. »

 

Bébé joufflu, enfant bien portant, Petit Georges grandit en ayant un appétit d’ogre, jusqu’à ce que, fidèle à son image, il se mette à boulotter sa petite sœur dans son berceau. Après tout, elle ne servait pas à grand chose Clotilde et elle fondait dans la bouche… Parents traumatisés, villageois en rage contre le monstre, Petit Georges est forcé de prendre ses jambes à son cou et de se réfugier dans une grotte au cœur de la forêt profonde. Triste et seul. Et affamé. Quand on a gouté à la chair rosée des bébés, difficile de s’en passer… Pour combler sa faim, Petit Georges est forcé de se réapprovisionner le long d’une route en contrebas où quelques promeneurs égarés et autres passants lui apportent les protéines nécessaires à son régime d’ogre. Jusqu’à ce que le puissant sortilège du sorcier Malagure – sachez que celui qui terrasse un ogre et lui prend ses dents acquiert d’immenses pouvoirs – le plonge bien malgré lui dans un très long sommeil. Cinq siècles plus tard (oui, le sorcier avait mis la dose…!), Petit Georges se réveille hébété, la chevelure et la barbe hirsutes, les ongles démesurément longs et la faim au ventre. Autour de lui, le monde a l’air d’avoir bien changé…

 

« Petit Georges commença sa carrière d’ogre assez tôt, vers neuf ans, en mangeant sa petite sœur, Clotilde, âgée de quelques mois ». Lisez la première phrase de ce roman graphique à des enfants et observez bien leurs réactions. D’abord incrédules, puis un brin dégoûtés… puis très vite hilares et avides de découvrir la suite de cette histoire pas banale qui débute par un crime hautement répréhensible. Manger les bébés, ça ne se fait pas. Manger sa petite sœur, ça se fait encore moins ! Et voilà le petit lecteur qui écoute fasciné les débuts rocambolesques d’un ogre, un vrai, dont le rêve ultime est de monter un « humainailler » où il irait chercher chaque matin un bébé tout frais pour son petit-déjeuner. Un ogre avec des grandes dents qui croque tout ce qui passe à sa portée sans distinction aucune, un ogre avec une préférence marquée pour la chair tendre des bébés mais, c’est bien connu, faute de grives, on mange des merles, même si on peut facilement tomber sur un os (oui, je sais, elle était facile…^^)

 

On se régale avec ce petit roman fantaisiste aussi drôle que cruel qui fait souffler un vent anticonformiste bien agréable. Personnages hauts en couleurs, situations ubuesques, sorcellerie et dents qui parlent, on jubile de voir l’ogre Georges se dépatouiller dans une époque dont il n’a pas les codes, à la manière d’un Jacquouille la fripouille catapulté en pleine modernité. Les illustrations férocement drôles de Gaëtan Dorémus épousent à merveille le texte ô combien loufoque de Denis Baronnet dont les dialogues enjoués et le vrai talent de conteur font merveille. A croquer !!

 

Une pépite jeunesse que je partage comme chaque mardi avec Jérôme

 

L’avis de Cuné

Éditions Actes Sud junior (Mai 2017)

70 p.

 

Prix : 15,00 €

ISBN : 978-2-330-07846-1

 

pepites_jeunesse

6 commentaires sur “Dans les dents ! Une vie d’ogre – Denis Baronnet / Gaëtan Doremus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *