nos âmes la nuit

« Le pire, ce sont les nuits. Vous ne trouvez pas ? »

Je me suis tout de suite sentie bien entre ces pages. Curieusement à la maison, dans une histoire toute simple comme je les aime. La rencontre de deux solitudes qui tout doucement s’apprivoisent. Celle de deux âmes esseulées qui se croisent au bon moment, peut-être un peu trop tard oui, mais ça en vaut la peine…

Addie et Louis sont veufs. Toute une vie derrière eux, des tas de souvenirs plus ou moins heureux, des remords à la pelle et des regrets qui grattent encore un peu quand on y pense… Devant eux, sûrement encore quelques années à vivre parce qu’il le faut bien…

Addie et Louis sont seuls mais une seule maison les sépare. Ils se sont bien croisés une fois ou deux, se sont salués poliment, ont su les épreuves et les coups du sort mais la vie ne les a jamais rapprochés. Jusqu’à ce qu’Addie ose une demande pour le moins incongrue. Se retrouver, aux heures les plus sombres de la nuit. Parler. Et s’endormir ensemble, tout simplement. Louis est surpris mais il accepte…

Dans la petite ville de Holt, Colorado, les rumeurs ne tardent pas à naître. Addie et Louis n’en ont que faire. Doucement, ils s’apprivoisent, ouvrent leurs cœurs et leurs âmes à cet autre qu’ils n’attendaient même plus…

 

J’aurais voulu ne jamais finir ce roman. Rester encore un peu aux côtés de Louis et Addie. Regarder leurs mains se frôler. Entendre leurs chuchotements dans la nuit. Observer les balbutiements de cet amour aussi beau qu’inattendu et précieux. Les voir se raconter leurs solitudes, se recréer un cocon, une famille même…

C’est doux et tendre, pudique, simple et touchant. Pas de grandes envolées, juste une belle histoire et des personnages fragiles qu’on aimerait ne pas devoir quitter. Je découvre Kent Haruf avec ce roman, décédé peu de temps après sa parution aux États-Unis. J’ai aimé sa plume qui ne s’embarrasse pas de l’inutile. Ce dépouillement qui recentre sur l’essentiel. Cette bulle qu’il arrive à recréer autour de personnages vrais qui ne trichent pas. Ça fait un bien fou…! Un vrai bonheur de lecture et mon premier coup de cœur de l’année !

Les avis de Alex, Electra, Eva, Jérôme, Jostein, Keisha, Léa, Luocine, Marie-Claude, Zazy

 

Éditions Robert Laffont (Septembre 2016)

Collection Pavillons

180 p.

Traduit de l’anglais (États-Unis) par Anouk Neuhoff

 

Prix : 18,00 €

ISBN : 978-2-221-18784-5

challenge12016br

33/18

Challenge 3% rentrée littéraire catégorie « Touche à tout »

chez Hérisson et Léa Touch Book


22 commentaires

Jules se livre · 5 janvier 2017 à 01h42

J’ai adoré et depuis, je me suis donné comme mission de lire tous ses romans!

Aifelle · 5 janvier 2017 à 06h31

Déjà noté, mais il faut absolument que je le lise cette année.

Mo · 5 janvier 2017 à 07h21

Un coup de coeur ? J’avais déjà repéré ce titre chez Jérôme mais je n’avais pas noté sa référence. Voici chose faite 😉

Une ribambelle · 5 janvier 2017 à 07h27

Je l’ai vu sur un blog et il est sûr que je vais le lire car il me fait très envie.

keisha · 5 janvier 2017 à 07h59

Et tu peux découvrir les autres de l’auteur, tout aussi biens!

Blandine (Vivrelivre) · 5 janvier 2017 à 08h05

il est dans ma wishlist!

framboise · 5 janvier 2017 à 09h21

Uhhh déjà vui chez Jérôme, il me tente bcp ce coup de cœur 😉
Bisous MaNoukette

luocine · 5 janvier 2017 à 11h24

j’ai aimé sauf la fin qui m’a fortement agacée , comment expliquer que cette femme qui a l’audace de demander à un homme qu’elle connaît à peine (c’était le prof de son fils) de dormir dans son lit laisse son abruti de fils qui est totalement pervers , il a détruit sa femme et fait le malheur de son propre enfant pour des raisons que le roman nous dévoile, comment cette femme laisse donc son fils détruire sa relation. Je n’ai pas compris et j’en ai voulu au romancier car du coup le personnage perd sa consistance, je l’ai lu il y a un mois et je suis encore e colère, ce qui prouve que c’est un bon roman.(Adoré par les lectrices de mon club)

Brize · 5 janvier 2017 à 11h31

Ben moi mon bonheur avait été gâché par la fin …

LaFée · 5 janvier 2017 à 13h01

Mais pourquoi est-ce que je lis encore vos billets, moi? Ma carte de crédit va décéder bientôt:-)

Jerome · 5 janvier 2017 à 13h09

Tellement beau ce roman. Et tellement fait pour toi, je t’avais dit que tu l’adorerais 😉

Alex-Mot-à-Mots · 5 janvier 2017 à 16h01

A cause du style trop sec, ce ne fut pas un coup de coeur.

Moka · 5 janvier 2017 à 20h33

Rien que la couverture suffit à m’appeler et me donner envie. Et ton article ne fait que confirmer cela !

A_girl_from_earth · 5 janvier 2017 à 23h42

Celui-là me fait très envie ! Il a l’air tout simple mais il a l’air d’emballer tout le monde. Intrigant.

Marie-Claude · 6 janvier 2017 à 02h26

Ah, Noukette! Je suis ravie que tu aies aimé l’univers de Kent Haruf. Maintenant que tu sais, n’hésite pas à lire ses autres romans, aussi magiques que lui!

Violette · 6 janvier 2017 à 14h45

ce n’est pas un coup de cœur pour moi même si j’ai aimé, il m’a manqué un petit quelque chose. Je suis assez d’accord avec Luocine (mais pas en colère^^)

Eric the Tiger · 7 janvier 2017 à 06h50

Le thème du roman ne m’inspirait pas a priori. Mais l’enthousiasme de ton article couplée à l’émotion qui s’en dégage a éveillé ma curiosité. Peut-être me laisserai-je tenter… Au plaisir de te relire…

Erika · 7 janvier 2017 à 20h25

Je suis entièrement d’accord avec vous. La fin m’a fortement agacée, et presque brisé le coeur …. Comment imaginer la séparation de ceux qui tout au long du roman nous avaient émus, touchés, de part la sincérité de leurs sentiments.
La tristesse va les tuer, voilà ce que j’ai pensé.

Nadine · 8 janvier 2017 à 19h58

Avec vous tous qui l’avez tellement aimé, je ne peux pas passer à côté!
Bonne année à toi Noukette et bisous

gambadou · 8 janvier 2017 à 22h02

J’étais persuadée de l’avoir noté sur ma LAL, mais je ne le vois pas. Erreur réparée !

Emma · 13 janvier 2017 à 08h50

Déjà repéré, c’est le genre qui ne peut que me plaire.

Nadège · 27 janvier 2017 à 19h28

Je ne peux qu’aimer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *