Oh…! Un nouveau livre mystère !!

Livre mystère2

 

Quelle n’a pas été ma surprise quand j’ai reçu ce second livre mystère, peu de temps après avoir reçu celui de Jérôme…!

 

Un bon gros livre parfaitement recouvert de papier accompagné d’une carte d’une mystérieuse expéditrice. Dans cette carte, elle m’annonce que le livre qu’elle souhaite me faire découvrir à l’aveugle n’est plus édité mais qu’il lui tient à cœur. Avouez qu’il y avait de quoi titiller ma curiosité !

 

Une lecture à l’aveugle un peu différente de la première du coup. Là, mystère complet sur la personne qui a voulu me faire cette surprise, j’ai hâte qu’elle se dévoile pour que je puisse la remercier comme il se doit parce que… j’ai adoré ce roman !

 

 

Nous sommes à Vienne, à la veille de la seconde guerre mondiale. Ruth Berger vit dans une famille aimante et aisée, son père, spécialiste en zoologie des vertébrés, est aussi le doyen de la faculté des sciences. Quand les lois de Nuremberg sont promulguées, réservant les postes élevés aux personnes de race pure, il est relevé de ses fonctions et sa famille obligée de se réfugier en Angleterre. Tous, sauf Ruth, fichée comme dangereuse extrémiste pour s’être bagarrée avec des chemises brunes pendant une manifestation…

Mais il y a Quin Somerville, jeune anglais ancien assistant de son père devenu un célèbre paléontologue… Désireux d’aider la jeune fille à rejoindre au plus vite ses parents, il lui propose de « l’épouser » pour qu’elle puisse obtenir la nationalité britannique. Un mariage blanc qu’il sera toujours temps d’annuler quand les choses seront rentrées dans l’ordre, d’autant que Ruth est fiancée à son cousin Heini, un pianiste soliste de grand talent promis à une grande carrière. Ruth compte bien d’ailleurs garder le secret de cet « arrangement »…

Malheureusement, si Ruth parvient à rejoindre l’Angleterre grâce à Quin son fiancé providentiel, sur place les choses ne se passent pas comme prévu. La demande d’annulation, complexe, prend du temps… et quand le destin s’en mêle…

 

 

Gros coup de cœur pour ce roman qui m’a fait voyager entre l’Autriche et l’Angleterre à une période que j’affectionne tout particulièrement ! Gros coup de cœur surtout pour cette héroïne ô combien romanesque ! Ruth est volcanique, passionnée, intelligente, fière, culottée… Drôle et pétillante, c’est aussi une bavarde maladive qui ne songe qu’à répandre le bonheur autour d’elle.

La plus grande partie du roman se déroule en Angleterre où Ruth poursuit ses études… dans l’université où Quin Somerville donne des cours très prisés quand il n’est pas parti en expédition aux quatre coins de la planète. Une université où elle rencontrera ses meilleurs amis et aussi sa pire ennemie…

 

Il puis il y a le 27 Belsize Close, appartement miteux où la famille de Ruth s’entasse en attendant des jours meilleurs. Le salon de thé « les Glycines » tenu par Mrs Burtt, miss Maud et miss Violet, des anglaises hautes en couleur… où on croise l’oncle Mishak, Fräulein Lutzenholler, la psychanalyste, Paul Ziller le violoniste, le docteur Levy, von Hoffman, acteur peinant à décrocher un rôle… Tous tellement, tellement attachants…

 

Et puis, surtout… il y a le domaine de Bowmont, bâti sur une falaise battue par les vents et les marées, dans le Northumberland, la partie la plus au Nord de l’Angleterre, à la frontière avec l’Écosse… Un domaine immense dont Quin a hérité à la mort de son père, tenu en son absence par Miss Frances, vieille fille revêche ayant une piètre opinion du genre humain. Domaine dont Ruth tombera éperdument amoureuse… et on la comprend…

 

 

J’ai tout aimé dans ce roman…! Et quelle belle histoire d’amour…! Une romance ? Peut-être… Sacrément bien écrite alors parce que l’auteur ici a une vraie plume. J’ai d’ailleurs à de nombreuses reprises eu l’impression de lire un « classique » anglais tant la langue est belle… Quant à l’arrière plan historique, il est très riche, très documenté… et réellement passionnant.

Je ne sais pas si certains d’entre vous auront reconnu ce roman. Une chose est sûre, je trouve bien dommage qu’il ne soit plus édité parce que c’est véritablement le genre de roman que j’aurais grand plaisir à faire connaitre et à offrir autour de moi…

Comme la dernière fois, je vous laisse à vos suppositions… J’enlèverais la couverture de ce magnifique roman mystère ce soir… d’ici là, j’espère connaitre enfin le nom de ma mystérieuse expéditrice !!!

 

EDIT 18h30

Matins d'émeraude

LES MATINS D’ÉMERAUDE d’Eva IBBOTSON

Éditions Belfond (Octobre 1997) 380 p.

Éditions Pocket (Février 1999)

 

Quelle surprise !!! L’auteure de ce roman que j’ai tant aimé n’est autre qu’Eva Ibbotson, une auteure britannique dont j’ai dévoré presque tous les romans de littérature jeunesse, certains devenus de véritables classiques outre-atlantique d’ailleurs ! Reine du fleuve, L’étoile de Kazan (deux pépites !!), Le secret du quai 13 (conte merveilleux que je conseille souvent à mes élèves), Bienvenue à Griffstone, Recherche Sorcière désespérément… tous lus et adorés ! Je suis ravie de découvrir une autre facette de son talent, j’avoue que je ne savais pas qu’elle avait aussi écrit pour les « grands » !

Intéressant de constater à quel point la vie d’Eva Ibbotson se retrouve dans ce magnifique roman : comme Ruth, l’auteure est née à Vienne, comme Ruth elle a quitté l’Autriche pour se réfugier en Angleterre dans sa jeunesse… Elle a donc connu la Vienne de l’entre deux guerres, la montée du nazisme…

 

Autre surprise, le nom de mon expéditrice mystère !!

♥ ♥ ♥ Un grand merci Syl, tu es une vraie fée…!! ♥ ♥ ♥

 

Tu dis que tu as lu ce roman un nombre incalculable de fois, et je te comprends…! Bien dommage qu’on ne le trouve plus que sur des sites d’occasion…!

 

D’ailleurs, si certains d’entre vous ont envie de découvrir ce roman (magnifique dois-je le rappeler !!!), je me ferai un plaisir de le faire voyager jusqu’à vous ! Signalez-vous en commentaire et je m’occupe du reste !

 

Quant à moi, un autre roman mystère m’attend déjà sur ma table de nuit (gâtée je suis…!) Je ne sais pas où je vais voyager cette fois ci mais j’ai hâte de le découvrir !!

 

 

lecture_aveugle

Tentés ?

Les règles du jeu sont ici…!

34 commentaires sur “Oh…! Un nouveau livre mystère !!

  1. Aifelel a raison, on peut penser au manoir de Tyneford pour l’époque et les lieux.
    Sinon, j’ai fouiné, et ce bouquin se trouve en occasion sur certains sites.

  2. Pour mon retour des vacances, je suis bien heureuse de lire une si belle chronique. Spécialement heureuse. J’aime tes billets Noukette car tu développes, tu sais nous raconter juste un peu de trame, juste un peu des personnages, le tout enrober de belles émotions. Si je n’avais pas lu ce livre (un nombre incalculable de fois !), je l’aurais noté illico !!!
    Alors ? J’ai bien choisi à qui adresser ce livre mystère.
    Merci ♥

    • Ouiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiii !!!!! C’était toi alors….???? Merci, merci, merci, j’ai fait grâce à toit une superbe découverte ! Je ne sais pas ce qui t’a fait penser à moi pour ce roman mais c’est une divine surprise ! Je comprends que ce roman te touche particulièrement et je te remercie vraiment de m’avoir fait partager ton coup de cœur ! Plus édité vraiment…? Pfffff, c’est bien dommage ! Une chose est sûre, j’ai hâte de savoir son titre et son auteur !! ♥

      • J’ai pensé à toi car je ne voulais pas qu’on « abime » le livre… dans le sens qu’on le trouve désuet ou niais… Tu lis de tout et ton cœur appartient aussi à la force rose…
        Tu as aimé le passage avec la chèvre ? lorsqu’elle récite le poème dans la langue de Goethe… et lorsqu’elle raconte l’histoire d’amour de son oncle…
        C’est vraiment une belle histoire d’amour…

        « …Vous voyez cette petite anse, là-bas… Eh bien, mon oncle Mishak avait l’habitude de venir pêcher ici. C’était il y a très longtemps. Vous imaginez, l’empereur était encore sur le trône, et l’Autriche et la Hongrie étaient réunies. On pouvait prendre une péniche et aller jusqu’à Budapest : pas de passeport, pas de restrictions… Mais voilà qu’un dimanche, au lieu d’attraper un poisson, il a remonté une bouteille !… C’était une bouteille de limonade, et à l’intérieur il y avait un message !… Il était écrit : « Je m’appelle Marianne Stichter, j’ai vingt-quatre ans et je suis très triste. Si vous êtes un homme bon et gentil, venez me chercher. » Et elle avait indiqué l’adresse de l’école où elle enseignait… L’école était dirigée par son père, une brute sadique… Marianne était réservée, pas belle, timide, et elle bégayait. Son père la faisait enseigner aux petits et bien sûr tous les enfants se moquaient d’elle ; chaque fois qu’elle rentrait dans la classe, elle avait envie de mourir… Et puis, un jour, elle était en train de faire un cours de géographie sur les fleuves d’Amérique du Sud, quand la porte s’ouvrit et un petit monsieur en costume sombre et chapeau mou entra, un porte-documents à la main. Les enfants commencèrent à ricaner, mais elle ne les entendait même pas, elle restait là, à regarder le petit monsieur. Alors mon oncle Mishak a soulevé son chapeau – il était déjà pas mal chauve à l’époque et portait un pince-nez en or – et il a dit « Vous êtes Fraülein Stichter ?… Je suis venu vous chercher. »… Elle n’a rien dit. Pas un mot. Elle a pris le chiffon et a effacé soigneusement du tableau les fleuves d’Amérique du Sud – le rio Negro, le Madeira et l’Amazone. Puis elle a remis la craie dans la boîte, a ouvert un placard, a pris son chapeau et l’a mis sur la tête. Les enfants avaient cessé de ricaner et regardaient, bouche bée, mais elle, elle est passée entre les rangées des pupitres sans même les voir : Ils n’existaient pas. A la porte, oncle Mishak lui a offert son bras, ils ont traversé la cour – il lui arrivait à peine à l’épaule -, ils sont allés jusqu’au Danube et sont montés sur un bateau à aubes qui les a amenés à Vienne, et plus personne ne les a jamais revus là-bas.
        – Et ils ont été heureux ?…
        – Incroyablement…ils étaient toujours aux petits soins l’un pour l’autre… ».

        • Il n’est ni désuet, ni niais ! C’est une très belle histoire d’amour… mais pas que… Il y a tellement de choses qui m’ont plu dans ce roman ! La chèvre, l’histoire d’amour de l’oncle en font partie…! Tu as vraiment fait mouche avec ce roman… Merci encore…!!!

  3. rhoooo suis totalement séduite ! attends le titre du livre pour aller chercher du côté de la bibliothèque pour finir mes vacances !
    bizzzzzzzzzzzz ma copine et à vite vite <3

  4. Voilà qui ne me surprend pas de Syl, elle est attentive aux goûts des autres ! Je le note et je le trouverai bien sur un site d’occasion… Un très beau billet qui donne envie !

  5. Effectivment ça semble une très belle découverte! J’adore cette auteure jeunesse je suis donc curieuse… mais ma PAL est trop longue pour que je puisse m’inscrire sur une liste de livre voyageur… je vais voir à la bibli ou en bouquinerie!

  6. Je sais pas si j’arriverai à lire un livre en aveugle moi…En général avant de lire un livre j’ai décortiqué la couverture et relu 2 ou 3 fois le résumé 🙂
    En tout cas ce livre à l’air très interessant

  7. Je ne connaissais pas cet auteur, (shame on me), en revanche, je lis un roman anglais qui a l’air très proche de celui-là, dans l’histoire en tous les cas…C’est chouette d’avoir un coup de coeur pour un livre mystère….
    Gatée tu es Noukette effectivement

    • C’est quoi ton roman anglais dis, tu titilles ma curiosité !
      Ce coup de cœur inattendu me comble oui, je suis super chanceuse… et un autre m’attend déjà !

      • Tu es plus raisonnable que moi, je n’arrive jamais à respecter l’ordre d’arrivée et ne marche qu’à l’envie du moment ! Du coup, certains bouquins moisissent des mois et d’autres sont engloutis en quelques jours !

        • Pour ma PAL c’est effectivement ce qui arrive généralement… Pour les livres-mystère, c’est différent. Par respect pour les mystérieuses expéditrices, je tiens à respecter l’ordre d’arrivée ! 😉

    • Ibbotson est une auteure que j’affectionne tout particulièrement en jeunesse. Découvrir qu’elle avait écrit pour les adultes a été une vraie surprise !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *