Radeau – Antoine Choplin

Radeau1940. C’est la nuit et Louis conduit depuis des heures. A bord de son camion, un chargement précieux qu’il faut à tout prix mettre à l’abri des Allemands. Des tableaux du Louvre. La mission est d’importance, les consignes strictes : ne s’arrêter sous aucun prétexte et se rendre le plus rapidement possible dans le Sud où les œuvres seront en sécurité.

 

Et puis Louis la voit. Cette femme qui marche sur la route. Pieds nus. Chaussures à la main. Seule. Fatiguée. Louis n’hésite pas longtemps, il la prend à son bord. Dans son ventre, bien à l’abri, un bien encore plus précieux que les toiles de maître qu’il transporte…

 

Et c’est là que tout se noue. Doucement. Peu de mots échangés, des regards, une étonnante proximité. Une évidence…

 

L’écriture d’Antoine Choplin est une merveille de concision. Le style peut paraître sec, il est au contraire étonnamment limpide. Peu de mots, des phrases courtes qui rendent les émotions encore plus palpables. J’aime ce style épuré, très visuel, tout en non-dits… J’aime que tout ne soit pas donné d’emblée, ça peut paraître exigeant mais moi j’aime ça, faire parler les silences d’une écriture.

 

Je suis pourtant moins séduite par ce roman que je ne l’avais été pour La nuit tombée que j’avais littéralement adoré. La construction de ce roman est assez particulière : trois parties, trois époques. La première partie relatant la rencontre de Louis et de Sarah est sublime… Je n’en dirais pas tant de la seconde partie se passant trois ans plus tard en 1943. Les personnages principaux sont un peu en retrait, l’intérêt s’est un peu essoufflé en ce qui me concerne malgré une magnifique scène mettant en avant ces fameux tableaux… et le Radeau de la Méduse. Puis vient la dernière partie, lapidaire, sombre, belle, et triste…

 

Un avis mitigé sur ce titre très court qui avait pourtant tout pour être un coup de cœur. Cette rencontre est si belle… Nul doute par contre que je continuerais ma découverte de cet auteur tant sa plume me parle… Le Héron de Guernica sûrement… et puis ses nouvelles qui viennent juste de sortir et qui sont déjà en ma possession. Quand on aime…

 

Une lecture que je ne pouvais pas ne pas partager avec Jérôme…!

 

L’avis de A propos de livres, Cathe, Hélène, Midola

 

Premières phrases : « Il franchirait la Loire à Saumur. Emprunterait le même pont chargé d’enfance. C’était cette route-là aussi, vers le Berry de ses grands-parents, des premières vacances, des cousins éloignés et des courses de brouette, des cerises trop mûres bouffées par les oiseaux. Quand il y pense, Louis.

C’est le soir déjà. Il conduit depuis bientôt trois heures. N’éprouve aucune fatigue. »

 

Au hasard des pages : « Après tout. Louis pense c’est curieux comme elle dit les choses. Comme elles apparaissent soudain isolées de leurs motifs, de leur nécessité. Dénuées de toute intention, de toute stratégie. Comme ça n’est plus si important tout à coup, d’élucider, de tout comprendre.

Il n’y a qu’à vivre, passer par ces instants. Rencontrer une femme sur la route, lui donner un bout de pain, sentir sans savoir les méandres d’un destin, partager la nuit avec elle. Une nuit de guerre. Une nuit comme ça, entre un homme et une femme dans un camion, sur la banquette d’un camion, avec juste la promesse des heures sombres à traverser ensemble.

Il est exalté par cette chose simple, aussi humaine. Envie irraisonnée de lui dire à elle, tout de suite. Renonce. Regarde tout cela en silence. » (p. 13)

 

Éditions Points (Septembre 2013)

128 p.

Première parution Éditions La fosse aux ours (Août 2003)

20 commentaires sur “Radeau – Antoine Choplin

  1. C’est drôle, on a la même vision de ce roman (et pourtant on ne s’était pas concertés avant…). Antoine Choplin nous doit une petite revanche du coup. ça tombe bien, il aura très bientôt l’occasion de se rattraper 😉

  2. C’est rigolo, vous avez exactement les mêmes bémols (vous n’êtes pas amis pour rien, tiens ! 🙂 ). Malgré tout, comme je le disais chez Jérôme, j’ai envie de la découvrir.

    • C’est que mes amis je les choisis bien moi madame ! 😉
      C’est un joli roman malgré tout, il y a des passages absolument sublimes… et puis il est tout petit, facile à caser entre deux bons gros pavés ! 😉

  3.  » faire parler les silences d’une écriture  » Bravo ! Difficile de trouver mieux pour parler de cet auteur que j’aime.

  4. Pfff, foutue PAL et foutues tentations, je ne l’ai toujours pas lu, cet auteur, alors que j’en ai deux dans la PAL ! (les deux romans que tu cites)

  5. J’ai beaucoup aimé La nuit tombée (que je n’ai pas eu le temps de chroniquer), et je pense que je lirai également celui-ci, même s’il semble un peu moins réussi.

  6. Malheureusement, Jérôme a les mêmes réserves que toi, c’est dommage parce que l’histoire a tout pour me plaire. Je ne me l’interdis pas pour autant, même si j’ai noté La nuit tombée.

    • La première partie du roman est tout simplement excellente… Dommage que le reste ne soit pas vraiment du même acabit… Par contre, Choplin est vraiment un auteur à découvrir…!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *