IciCaVaIl suffit parfois de presque rien…

Quelques mots juste pesés, comme susurrés. Des éclats de beau, des lueurs de vrai, des évidences qui frappent en plein cœur sans en faire des tonnes. L’univers de Thomas Vinau ne se pare pas d’atours clinquants. Nul besoin de fioritures… L’essentiel est là, entre les lignes, dans les secrets et les non-dits qui se devinent plus qu’ils ne se disent, dans ces petites parenthèses de bonheur simple, dans ces silences qui s’installent parfois entre ceux qui s’aiment mais peinent à le dire…

 

A nouveau, le miracle a eu lieu. Après la belle surprise de Bleu de travail Thomas Vinau a réenchanté mon quotidien l’espace d’une petite centaine de pages. L’air de rien. Avec une histoire en apparence toute simple qui ne se dévoile que par petites touches, au gré des souvenirs du narrateur qui petit à petit refont surface…

 

Il est délicat cet équilibre là. La juste mesure entre l’histoire intime et intimiste et celle qui nous parle, à nous, rien qu’à nous. Ces résonances, encore…

 

Une maison à retaper pour aider à combler les vides, rappeler ce passé qui se refuse et cicatriser ses blessures. Un écrin de verdure et de silence, du vert et du tendre, des chants d’oiseaux et le bruit d’une rivière, des herbes folles et l’espoir tu d’arriver ici à se reconstruire. Loin du brouhaha de la ville, à l’abri. Pour colmater les brèches, apprivoiser cette douleur diffuse, et s’aimer mieux, peut-être… « Avec demain comme couverture » le narrateur et sa femme retrouvent les gestes, ressentent les vibrations de la terre, savourent les odeurs, les couleurs…

 

« Et puis nous avons des choses à faire ici. Nos marques à trouver. Nos nouveaux repères. Notre ancienne vie s’éloigne tranquillement comme une barque portée par le courant. Nous sommes sur la berge. Sereins. L’eau coule à nos pieds et va se perdre loin devant. Nous retrouvons quelque chose. C’est confortable. Rassurant. Je ne sais pas exactement ce dont il s’agit. »

 

Ici ça va est l’histoire d’une révolution. Une révolution lente, intime, personnelle. Une renaissance qui prend son temps, au hasard des tours et des détours que la vie, facétieuse, impose parfois. Une réconciliation…

J’aime la façon qu’a Thomas Vinau de dire la vie. Tout en délicatesse. Avec simplicité. C’est beau, essentiel, lumineux et finalement ça se passe de commentaires…

 

« Je me méfie. J’ai toujours peur que ça ne dure pas. Dès qu’il y a un moment de bonheur, de paix, je me répète que ça ne durera pas. Que le temps est un menteur. Qu’avoir quelque chose c’est commencer à le perdre. C’est comme cela que je fonctionne. C’est ce que la vie m’a appris. Si tôt. La perte. Le peu de fois où je l’ai oublié, le boomerang m’est revenu dans les dents. (…) La confiance ne se déclame pas. Il faut l’apprendre. Tout doucement. Il faut que quelqu’un d’autre vous l’apprenne. À grands coups de demains et de câlins. »

 

Les avis de Aifelle, Antigone, Clara, Hélène, Mirontaine, Nadège, Philisine, Sylire

 

 

Éditions 10/18 (Aout 2014)

144 p.

Première parution en août 2012 aux éditions Alma

 

Prix : 6,10 €

ISBN : 978-2-264-06168-3


17 commentaires

Aifelle · 23 mai 2016 à 06h21

C’est à ce jour mon roman préféré de l’auteur et j’ai appris qu’il en sortirait un en 2017. Je suis dans les starting-block !

luocine · 23 mai 2016 à 08h15

Je sais depuis longtemps que ce livre m’attend , vous en parlez toutes et tous très bien.

Hélène · 23 mai 2016 à 08h33

Un auteur touchant !

Folavril · 23 mai 2016 à 08h55

Quel beau billet… Merci de m’avoir rappelé cette magnifique lecture! La couverture de la version poche est sublime en plus. Il faut absolument que je lise Bleu de travail…

framboise · 23 mai 2016 à 09h35

rhooooooo j’y cours <3

Jerome · 23 mai 2016 à 12h14

Marrant ça, je découvre l’auteur aujourd’hui dans un tout autre registre et je me dis que je ne vais pas en rester là avec lui. Il va donc être urgent de continuer à lire Thomas Vinau avec ce petit livre-là 😉

Nadael · 23 mai 2016 à 13h19

Toujours du beau avec cet auteur.

Sandrion · 23 mai 2016 à 18h48

J’avais beaucoup, beaucoup aimé ce petit roman, c’est par lui que j’avais découvert l’auteur. Il tient un blog un peu à son image et… il viendra probablement l’an prochain dans mon lycée !!!! (je vous raconterai :))

Nicole G · 23 mai 2016 à 19h28

Merci, il faut vraiment que je découvre cet auteur et ce livre me semble être une bonne occasion.

Saxaoul · 23 mai 2016 à 21h09

C’est un auteur que je ne connais pas encore.

yueyin · 23 mai 2016 à 22h11

voilà qui est délicieusement tentant 🙂

celina · 23 mai 2016 à 22h28

Eh bien, il va falloir que je prenne rendez vous avec Thomas Vinau, tes billets me donnent envie!

Mo · 24 mai 2016 à 05h24

Un auteur que je ne connais pas et il semble nécessaire que j’y remédie ! 🙂 Tes mots font mouche et sont une belle invitation à la lecture

lucie · 24 mai 2016 à 18h13

ah oui mon dieu que j’ai aimé ce roman et particulièrement le passage que tu cites à la fin…http://facetiesdelucie.canalblog.com/archives/2013/01/23/26202381.html

Pierre · 26 mai 2016 à 18h01

un scandale que tu n’ais pas lu ce livre avant ! (dans la jolie édition originale brochée Alma colorée sur sa tranche…), tssss 😉

Leiloona · 26 mai 2016 à 21h45

Ah Vinau … Oui un bijourcelui-ci. ♥

Ici ça va – Thomas VINAU – Bar à BD · 16 juin 2016 à 00h31

[…] Les avis de Aifelle, Antigone, Clara, Hélène, Mirontaine, Nadège, Philisine, Sylire et de Noukette …. […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *