« Trouver les mots. Les mots justes. Ceux qui rassurent, ceux qui confortent, ceux qui sauvent. Je ne sais pas.

 

Je n’ai jamais su. »

 

Le format court sied décidément à merveille à Gilles Abier. Une petite soixantaine de pages, une narration incroyablement maîtrisée et un condensé d’émotions… Attendez-vous à une mini déferlante. Préparez-vous à une lecture qui « claque », de celles qui bousculent, de celles qui grattent, de celles qui résonnent longtemps…

 

Douze minutes et vingt-trois secondes… C’est à la fois si court et si long. Si anodin et peut-être si déterminant… Et aujourd’hui, ils veulent tous savoir. Ses mots à lui. Et ceux de Julien. Ce qu’ils ont bien pu se dire hier tous les deux pendant ce coup de fil… Mais les mots, ça n’a jamais été le fort de Gabriel. Exprimer ses sentiments, encore moins. Alors expliquer à sa famille et à la police ce que lui et son cousin ont pu se confier pendant ce tout petit quart d’heure, c’est au-dessus de ses forces. Parce que cette fois ci, il aurait mieux valu qu’il les trouve les mots, ils auraient peut-être permis d’éviter le drame…

 

Court et percutant. Gilles Abier se glisse dans les pensées intimes et secrètes de Gabriel et nous donne à voir les racines d’un malaise qui ne cesse de croître. Tout est tendu, fluctuant, mouvant… Les envies qui s’imposent, les désirs qu’on tente d’apprivoiser, les chemins qu’on se choisit, les amitiés qu’on dessine, les barrières qu’on érige malgré soi, les pièges dans lesquels on tombe parfois les yeux grands ouverts… Elle sonne juste la planète adolescente de Gilles Abier. Elle sonne vrai ♥

 

Un nouveau texte de Gilles Abier… qui devient logiquement une nouvelle pépite jeunesse partagée avec Jérôme, comme chaque mardi.

 

Les avis de Fanny, Stephie, Thalie

 

Du même auteur sur le blog : Un de perduLa piscine était videComment je me suis débarrassé de ma mèreJe sais que tu saisTout pour le violon Un jour il m’arrivera un truc extraordinaire

 

Le site de l’auteur

 

Éditions Le Muscadier (Juin 2017)

Collection Rester Vivant

60 p.

 

Prix : 8,50 €

ISBN : 979-10-90685-96-3

 

pepites_jeunesse


7 commentaires

syl. · 23 janvier 2018 à 08h49

Ton billet et celui de Jérôme suscitent ma curiosité. Vous avez dosé les informations ! La police ? des révélations ?… Rhaaa, moi je veux savoir !

Liliba · 23 janvier 2018 à 08h51

Ah oui, vu tout ce que tu as lu de l’auteur, il va tout de même falloir que je le découvre !

Alex-Mot-à-Mots · 23 janvier 2018 à 13h11

Et un petit livre qui ravira les moins bons lecteurs.

Mo · 24 janvier 2018 à 09h07

Punaise, vous ne lâchez rien de rien avec Jérôme sur cette intrigue. Secret, police, choix… me voilà ferrée je crois. Une belle occasion de découvrir un auteur (je crois bien n’avoir jamais rien lu de lui)

jerome · 24 janvier 2018 à 17h34

Finalement le plus difficile aura été de trouver les mots pour en parler de cette pépite 😉

Moka · 24 janvier 2018 à 19h36

Gilles Abier. Je le lis trop peu. Il va falloir y remédier…

Fanny · 26 janvier 2018 à 08h54

J’adore cet auteur. Il m’a littéralement scotchée avec La piscine était vide ( que j’ai lu et relu avec des groupes d’ado! Ça fonctionnait toujours !)
Ici aussi le propos m’intéresse ! ( Par contre on en parle de cette couverture pas franchement attirante?!)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *