L’été slovène – Clément Bénech

L-ete-slovene.jpg

 

Un jeune couple part se mettre au vert en Slovénie pour s’aérer l’esprit et s’éloigner du quotidien. Des vacances pour se retrouver, pour ranimer la flamme. Des vacances pour s’aimer enfin sans contraintes… Si amour il y a encore…

Sur place, des micro-évènements, viennent perturber la quiétude et l’intimité des vacanciers. Le narrateur prend ces imprévus avec le sourire voire avec désinvolture. Une attitude qui a le don d’agacer Elena qui elle prend ces vacances très au sérieux, peut-être trop d’ailleurs…

Le couple, que l’on sent déjà fragile, tangue et vacille de plus en plus, Eléna ne supporte plus l’ironie de son compagnon, lui continue d’en user voire même d’en abuser. Le voyage se déroule cahin caha, le couple lui s’embourbe dans ses contradictions et finit par simuler un attachement qui n’est plus…

 

L’été slovène ou la chronique douce amère de la fin d’une histoire d’amour qui n’en était peut-être pas une…

 

Ce qui surprend de prime abord dans ce premier roman d’un très jeune auteur, c’est son talent pour dégoter les formules qui font mouche. Si l’histoire en elle même n’a rien de transcendant ni même de nouveau, il reste que Clément Bénech manie à la perfection l’ironie et que certaines phrases sont à elles seules des petites pépites. Une plume très agréable donc, savoureuse, pleine d’humour, de légèreté et de nonchalance qui fait que l’on passe un bon moment en tournant les pages de ce très court (trop court ?) roman.

 

Un premier roman prometteur, gageons que l’auteur en a encore sous le capot… A découvrir !

 

Une lecture que j’ai le plaisir de partager avec mon complice Jérôme !

 

Les avis de Clara, Keisha, Kathel, Sophielit, Lili Galipette

 

Premières phrases : « Regarde sur la carte, ai-je dit à Eléna tandis que nous filions le long de la route, la route qui suit la Save. Le GPS avait tendance à s’enrayer et à nous envoyer n’importe où. C’est bon, m’a t-elle répondu, il n’y a qu’une seule autoroute ; je te rappelle que ce pays fait la taille de la Bretagne. Oui mais quand même, ai-je grommelé. Je me tenais très droit sur le siège, le pied gauche posé par fantaisie contre l’aplomb du tableau de bord, juste assez bas pour me permettre de regarder dans le rétroviseur les voitures qui n’arrivaient pas. Pour notre premier jour en Slovénie, nous étions partis tôt, réflexe de Français habitués aux embouteillages. »

 

Au hasard des pages : « Quelques longues minutes plus tard, elle me demanda en laissant traîner les voyelles : Pourquoi tu m’aimes ? Comment ? répondis-je, bon politicien, du tac au tac – le fait de t’aimer ne suffit pas ? Il faut encore trouver des raisons ? Oui, dit-elle. J’ai réfléchi quelques secondes. Alors ça va peut-être te sembler une énorme dérobade, mais voilà. De même que l’on ne trouve à redire que des mauvais livres (où l’on se fait une joie de prendre en note les incorrections, celles qui suscitent notre mauvaise ironie) tandis que les excellents sont si dépourvus de failles qu’on en peut y introduire aucun pied-de-biche pour découvrir leurs rouages, de même l’amour commence pour moi à décliner lorsqu’on est capable de dire exactement ce qui nous plaît chez l’autre. Dès lors, l’autre est seulement une liste avec des cases cochées. Eléna ne répondit pas pendant un certain temps. Oui, conclut-elle, je trouve que c’est une belle dérobade. Attends ! l’interrompis-je presque (pas trop fort ; notre discussion n’avait été jusqu’à maintenant qu’un discret chuchotement). Attends : j’ai eu le temps de prévoir un plan B. Voilà ce qui me plaît chez toi : ton émerveillement. Je l’entendis sourire dans le noir. Est-ce, demanda-t-elle, ça signifie que notre amour décline ? » (p. 56-57)

 

Editions Flammarion (mars 2013)

126 p.

 

 

Defi-Premier RomanNouvelle lecture pour le challenge de Anne !

 

 

Challenge-petit-bac-2013.jpgEt une nouvelle participation au challenge Petit Bac

chez Enna !

Catégorie PHENOMENE METEOROLOGIQUE

importorigin:http://aliasnoukette.over-blog.com/article-l-ete-slovene-clement-benech-119459313.html

9 commentaires sur “L’été slovène – Clément Bénech

    • Oui, prometteur c’est le mot ! Je suis curieuse de voir ce que l’auteur va pouvoir faire par la suite ! J’aime son ton !

    • Il va être attendu au tournant c’est sûr ! Je l’ai relu en diagonale pour écrire le billet et j’y ai trouvé tout un tas de formules percutantes, du potentiel ce garçon !

    • C’est aussi ce que j’ai aimé, cet auteur risque d’aller loin, c’est du moins tout ce que je lui souhaite !

    • J’iimagine qu’avec ton challenge tu dois crouler sous les envies diverses et variées ! Difficile de faire le tri !

      Et merci pour le lien…! 😉

Répondre à Noukette Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *