Cheval Océan – Stéphane Servant

cheval océanFace à l’océan qui gronde, Angela peut enfin être elle-même. Crier sa rage, laisser parler sa colère, hurler son dégoût.

Cet océan, c’est une promesse. Une promesse faite à sa grand-mère aujourd’hui décédée. Renouer avec ses racines dans ce pays dont elle n’a jamais foulé le sol, contempler cet océan-refuge dans les yeux, elle en avait rêvé. Et Benjamin, son premier amour, l’accompagnait dans son rêve…

 

Mais aujourd’hui, tout a changé. Et c’est seule qu’elle fait face au « cheval océan », abandonnée, blessée, différente… Seule qu’elle va crier son histoire à cet « étranger » qu’elle ne veut pas connaître.

La voix d’Angela s’élève, forte, vibrante. Ses mots disent l’indicible. Ils crachent la haine, la honte, la souffrance, l’humiliation. Ils crient le désespoir, rompent les carcans, brisent la loi du silence. Ils s’étranglent, étouffent… pour peut-être finir par dire la vie, la vie choisie…

 

Encore un titre choc dans cette collection que j’affectionne vraiment tout particulièrement. Face au fracas des vagues, la voix d’Angela. Celle d’une femme en devenir, brisée, à l’innocence bafouée. Le tumulte des mots face au déchaînement de l’océan…

Alors que la marée monte, Angela se laisse envahir par la force que dégagent les éléments. Elle s’en nourrit… et laisse sortir sa colère. La confrontation, symbolique et belle, laisse sans voix…

 

 

Une nouvelle pépite jeunesse que je partage avec Jérôme, comme chaque mardi ou presque..!

 

Dans la même collection : Ma tempête de neige de Thomas Scotto – Ma nuit d’amour de Frédérique Deghelt – Pas couché de Cathy Ytak – La piscine était vide de Gilles Abier – Rien dire de Bernard Friot – Un endroit pour vivre de Jean-Philippe Blondel – Tout foutre en l’air d’Antoine Dole

 

 

L’avis d’Hélène

 

Le blog de l’auteur

 

 

Premières phrases : « Tu l’entends ? Tu entends ce souffle ? C’est un souffle qui emplit la nuit. C’est comme si un animal se tenait tout là-bas, là où on ne peut pas le voir. Un cheval noir, à la respiration profonde, rauque et lente. Un cheval immense qui ne dort jamais vraiment, toujours prêt à partir au galop, poussé par la forge qui gronde dans son ventre.

Tu l’entends. Tu l’entends sans doute. Peut-être même que tu frissonnes. Mais il n’y a aucune raison d’avoir peur de lui. Ce cheval, il me connaît. Mon sang, son sang, c’est le même liquide brûlant. Nous avons dans le ventre le même feu. Le même appétit.

Je l’entends. Je l’entends même si je ne le vois pas. ce cheval, il s’appelle Océan. »

 

 

Au hasard des pages : « Moi, je n’ai que mes mots. Il n’y a pas d’horizon. Juste la nuit. Je lance mes mots dans l’obscurité salée, les pieds plantés dans le souvenir des montagnes, face au Cheval Océan qui piaffe et rue et se rapproche de moi. Je les lance sans savoir si quelqu’un les recueillera. J’ai grandi dans un silence assourdissant. Alors aujourd’hui, je hurle aussi fort que l’Océan. Ma voix enfle comme une grande marée que rien ne pourra stopper. » (p. 11)

 

 

Éditions Actes Sud Junior (Mai 2014)

Collection D’une seule voix

57 p.

 

Prix : 9,00 €

ISBN : 978-2-330-03248-7

 

 

pepites_jeunesse

10 commentaires sur “Cheval Océan – Stéphane Servant

  1. Je l’ai lu et j’ai en eu le souffle coupé par l’émotion. Je n’ai pas de fait de billet, car je n’avais pas de mot pour ce très beau texte.
    Contrairement à toi c’est le seul titre que j’ai lu dans cette collection pour le moment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *