Nouveaux contes de la folie ordinaire – Charles Bukowski

Nouveaux contes de la folie ordinaire

On m’a dit, il faut que tu lises Bukowski. Peu de chances que tu aimes, tu risques même de détester, mais il faut que tu lises Bukowski. J’ai donc lu Bukowski…

Mais avant de me lancer dans une lecture qui promettait d’être à hauts risques, j’ai pris mes précautions et me suis un peu renseigné sur le gros dégueulasse…

J’ai donc appris, en vrac et dans le désordre, que Bukowski était alcoolique comme c’est pas permis, complètement obsédé, névrosé, excessif, outrancier, vulgaire, amoral, misogyne… et complètement mythomane. Pour peu que l’on soit un peu curieux et qu’on visionne certaines archives vidéo, c’est peu dire que la bête est un personnage hors du commun…

A partir de là, deux solutions : lire Bukowski donc ou partir en courant. Curieuse et il faut le dire un brin intriguée, je me suis jetée à l’eau.

 

Petit coup d’œil sur le titre original du recueil de nouvelles en question : « Erections, ejaculations, exhibitions and general tales of ordinary madness. » Bien, nous y voilà, plus possible de reculer. Première nouvelle, « La sirène baiseuse de Venice, Californie »… Ou la dite sirène se trouve être un cadavre de jeune fille volée par deux poivrots, je vous laisse le soin d’imaginer la suite. Même si j’avais un peu deviné où je mettais les pieds, on peut dire que ça surprend. On tourne les pages, des nouvelles parfois très courtes, une « petite » cinquantaine au total, des titres chocs (Dix branlettes, Au viol ! Au viol !, La grande défonce…) de la violence, du sexe, un catalogue de perversions en tous genres. Le monde dépeint par Bukowski dérange, choque et donne clairement envie de vomir. Et pourtant on lit, fasciné par ce gars qui ose tout et qui décrit l’innommable avec une telle désinvolture et une telle liberté. C’est peu de dire que le bonhomme était couillu…

 

Prend-t-on du plaisir à lire Bukowski ? Non, pas vraiment. On se prend de méchantes claques, on observe bien malgré nous des scènes absolument atroces, on essaye d’empêcher certaines images mentales de se former dans un esprit qu’on espère encore suffisamment sain, on fait la grimace, on fait des pauses salutaires en lisant des petits livres jeunesse plein de jolies princesses et de lutins malins, on replonge en prenant une grande respiration dans les bas-fonds de l’âme humaine, on se surprend à se trouver prude, on envoie valser le livre à plusieurs reprises pour l’éloigner de nous… et puis on y revient. Et on ne le lâche plus. Ne comptez pas sur moi pour vous expliquer pourquoi…

 

J’ai donc lu Bukowski. Et je ne le regrette pas. Voilà véritablement ce que j’appelle une expérience de lecture, une de celles qu’il faut avoir fait au moins une fois dans sa vie. J’ai aimé ce livre autant que je l’ai détesté, je vais le planquer tout en haut de ma bibliothèque pour éviter que des lecteurs non avertis ne tombent dessus par inadvertance… mais une chose est sûre je ne l’oublierai pas de sitôt…

 

Un livre qui m’a été mis dans le mains par Jérôme pour qui il a une importance toute particulière… Une relecture pour lui, une première pour A Girl from earth et moi. Une sacrée lecture commune…!

 

 

Éditions Le livre de Poche (Mars 1985)

315 p.

14 commentaires sur “Nouveaux contes de la folie ordinaire – Charles Bukowski

  1. Je suis content que tu aies tenté l’expérience, il fallait être « couillu ». Maintenant tu pourras dire que tu as lu Bukowski. Et puis c’est une expérience de lecture marquante, de celle que l’on ne fait pas tous les jours. Merci de m’avoir accompagné sur cette LC, tu sais que ça compte pour moi 😉

  2. Hum, j’ai eu des lectures marquantes, mais j’ignore si je suis convaincue par une nouvelle de ce genre. Mais bravo!! (Jérôme ouvre le champagne…)

  3. La question que je me pose est la suivante : l’auteur va-t-il au-delà du « catalogue de perversions en tous genres » ? Cela lui sert-il de base de réflexion ou est-ce une fin en soi ? Parce que débiter des horreurs sordides à tire-de-pages, de veux bien, mais « et après ? » (et ma question n’est pas l’expression d’une envie de lire du M. Levy) 😉 .

    • Ce n’est pas un simple catalogue non… A vrai dire, je ne connais pas assez bien l’auteur pour répondre clairement à ta question. Il reste que c’est une lecture marquante, déroutante. Pas prêt à tenter l’expérience pour te faire ton propre avis ? 😉

  4. J’ai lu Bukowsky il y a longtemps, une expérience comme tu dis, mais bon, il m’en reste le souvenir de textes forts, très particuliers, violents, enfin tout ce que tu en dis, mais aussi assez répétitifs et finalement vains ; on peut se dire légitimement : « tout ça pour ça ? »

  5. Pas le gros dégueulasse, le VIEUX dégueulasse.:-))))) Je trouve ça pire !^^ J’ai bien ri en lisant ton billet, surtout le coup des pauses salutaires, et bravo pour être allée jusqu’au bout. Je suis assez intriguée par ton envie de poursuivre malgré tout, car j’ai voulu m’y atteler hier encore, avancer de 2 ou 3 nouvelles encore, mais non, j’avais eu ma dose.^^ Pas d’écoeurement, rien, juste j’avais l’impression que poursuivre ne m’apporterait rien de plus, mais ça c’est aussi l’effet nouvelles qui me fatigue assez vite.

  6. Pas encore lu le monsieur mais j’ai deux de ses titres dans ma PAL depuis des plombes (« Journal d’un vieux dégueulasse » et « Women »°;
    Je ne sais pas si ces nouvelles sont typiques du bonhomme ? Apparemment si quand je lis les commentaires.
    Bon ben je n’ai plus qu’à me lancer un jour ! 😉

  7. Bon après Hubert Selby Jr, je ne sais pas si j’ai envie de tenter, sauf peu-être pour son carnet de route de sa promotion en France, qui vient de paraître chez Points.

  8. Coucou,
    la couverture de cette édition ne parait pas tellement raccord avec l’auteur….
    Pas trop tentée a priori mais y a que les imbéciles qui changent pas d’avis ! Remarque suis p’tt imbécile
    Bises

  9. J’ai lu ce livre il y a une bonne quinzaine d’année, par curiosité, sans être avertie du côté très particulier de l’auteur. J’ai détesté ce livre, j’ai trouvé ça purement répugnant et je me demande comment un tel homme peut avoir tant de renommée…

    • Ce n’était peut-être pas le bon moment… Je pense sincèrement que c’est le type de lecture qu’il faut tenter en ayant quand même un peu conscience de ce dans quoi on s’embarque…

    • Ce n’était pas du tout gagné d’avance même… Surtout après avoir lu la première nouvelle ! Mais je ne regrette pas d’avoir tenté l’expérience !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *